Skip to content
Vous etes sur la page:
Claude d’Almeida au sujet de l’alliance Fcbe-Prd-Rb : « C’est un bon conglomérat, mais… »
Écrit par Le Matin Libre du 21/01/2016   

L’économiste et analyste politique, Claude d’Almeida a passé au crible dans une interview l’actualité nationale notamment les grands faits liés à la présidentielle de 2016. Il trouve que l’alliance nouée par les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), le Parti du renouveau démocratique (Prd) et la Renaissance du Bénin (Rb) reste un... L’économiste et analyste politique, Claude d’Almeida a passé au crible dans une interview l’actualité nationale notamment les grands faits liés à la présidentielle de 2016. Il trouve que l’alliance nouée par les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), le Parti du renouveau démocratique (Prd) et la Renaissance du Bénin (Rb) reste un bon conglomérat. Un conglomérat, a-t-il tout de même précisé, qu’il faudra consolider en convainquant davantage les militants à la base. Claude d’Almeida a aussi analysé les forces et faiblesses du candidat Lionel Zinsou. Lire l’interview.

Matin Libre : Il existe une quarantaine de candidats décidés à se lancer dans la course à la Marina. La liste définitive des candidats n’est pas encore publiée, mais cette réalité est-elle un bon signe pour la démocratie béninoise?

Claude d’Almeida : A l’aune des règles qui ont été fixées, c’est le signe que ce que le constituant voulait est ce qui se passe. C’est-à-dire tous ceux qui ont un projet quelconque pour le Bénin puissent être librement conduits à exposer leur programme au peuple. Le constituant de 1991 n’a pas voulu écarter des gens. On venait d’une période antérieure où tout le monde était écarté. Mais les règles qui avaient été fixées peuvent toujours être aménagées. Au départ, la caution était fixée à 5 millions. Aujourd’hui, les textes ont prévu 15 millions. Demain, cela peut aller à 25 millions. Mais il ne faut pas que l’argent devienne une barrière.

Il y a plusieurs anciens collaborateurs du Chef de l’Etat qui ont déposé leurs dossiers de candidature. Que représentent ces choix ?

Quand vous avez été ministre, il ne vous reste qu’à essayer d’être ministre d’Etat, Premier ministre ou Président de la République. Si vous croyez que vous êtes porteur d’un projet significatif pour le pays, vous pouvez vous présenter à une élection présidentielle. Considérons cela comme le reflet de la vie politique.

Mais ils viennent d’une alliance politique qui a choisi son candidat.

Oui, mais c’est une majorité plurielle. Et ils ont le droit de ne pas être d’accord avec le choix  opéré par cette majorité-là. Et c’est ce qu’ils ont fait librement. Mais en se coupant de la machine des forces politiques coalisées, c’est sûr qu’ils perdent quelque chose.   

Au sein de la majorité au pouvoir, il y a des divisions. Le cas le plus médiatisé est celui du député Rachidi Gbadamassi  qui a opté pour le candidat Sébastien Ajavon. Ce choix du député est à la base des tensions à Parakou. Comment analysez-vous cette situation?

C’est de la haute politique. Honnêtement pour moi, c’est de la politique. Gbadamassi en tant que  homme politique de grande qualité n’a pas voulu suivre le choix qui a été fait au sein de son groupe politique pour des raisons qu’il a évoquées, notamment le fait que ce choix n’a pas été conduit de la manière dont  certains membres des Fcbe l’ont voulu. Il pense pour sa part que celui qui serait porteur d’un meilleur choix pour le pays serait un homme d’affaires qui s’appellerait Sébastien Ajavon. Gbadamassi est lui-même un homme d’affaires. Il peut donc penser qu’il est temps qu’un homme d’affaires arrive au pouvoir dans ce pays. Mais je ne suis pas sûr qu’il ait décidé de sortir des Forces cauris pour un Bénin émergent. En tout cas, il a décidé d’appeler à voter pour quelqu’un d’autres que le choix des Fcbe. C’est son choix et ne combattons pas les choix individuels.

Le 12 janvier dernier, les Fcbe, le Prd et la Rb ont scellé un accord politique devant leur permettre de faire gagner le candidat Lionel Zinsou. Vous attendiez-vous à une telle alliance?

Nous nous attendions à des alliances. Et en tant qu’analyste politique, on s’attendait à voir les différentes personnes qui veulent conquérir le pouvoir d’Etat entrer dans des alliances. La première force politique, les Fcbe, était le groupe à abattre. La deuxième force, l’Union fait la Nation devait désigner un candidat. La première force peut dire qu’elle peut aller aux élections, seule. Mais aucune des autres forces ne peut avoir cette prétention-là. L’écart entre les Fcbe et les autres, fait du simple au triple. On attendait ce que diront les leaders comme Bruno Amoussou,  Séfou Fagbohoun et on voulait découvrir le choix du Prd. On pensait que l’Un allait choisir un candidat entre Emmanuel et Eric Houndété. D’aucuns pensaient même qu’elle pourrait choisir Fernand Amoussou. Beaucoup attendaient le choix que fera le Prd qui avait annoncé vouloir faire une alliance pour être du côté du gagnant. On ne doit pas oublier que le Prd est venu en deuxième position lors des deux dernières présidentielles. On attendait donc quand la nouvelle est tombée à l’occasion du dépôt des dossiers de candidature à la Commission électorale nationale autonome (Cena, Ndlr) où on a vu le logo tripartite qui mêlait les Forces cauris, le Prd et la Rb. C’est nouveau. C’est quelque chose que peu de personnes pouvaient deviner. Mais c’est la politique. Et en politique, les alliances se font et se défont à tout moment. C’est une alliance qui me paraît être une alliance majeure parce qu’elle regroupe les 1ère, 3ème et 6ème forces politiques sorties victorieuses des dernières élections communales.
C’est un bon conglomérat.

Visiblement l’accord a été signé par les leaders des trois forces politiques. Leur mot d’ordre sera-t-il suivi par les militants sur le terrain?

Quand on tient compte de tout ce qu’on entend, on peut dire qu’il y a des problèmes. On n’a pas préparé les populations à un renversement complet d’alliance puisque hier, le Prd combattait les Fcbe. Le combat avait été assez médiatisé. Et je pense avant qu’un accord du genre intervienne, il fallait le préparer. Mais les populations le sauront.  C’est un choix du président Adrien Houngbédji. On ne peut pas dire qu’il a mal fait. Lorsque la Rb avait fait des choix avec les Forces cauris au lendemain des élections communales, il y a eu des mises en commun. C’était déjà des alliances. La Rb n’était jamais dans une opposition très claire. Elle participait toujours à la gestion via un ministre ou deux  dans le gouvernement. C’est la même alliance qui continue. Si les gens éclairent les populations, ça risque d’être bon. Au niveau de la Rb, il y a une crise interne notamment dans la haute hiérarchie. Je n’ai pas vu la même crise au niveau du Prd. Je n’ai pas vu les caciques du Prd se plaindre. Par contre, c’est la base qui semble complètement désorientée par le choix fait par le président Houngbédji.  En face du regroupement Fcbe-Prd-Rb, pour le moment il n’y a rien. Il y a une tentative de mise en place d’une coalition. On a vu le président Abdoulaye Bio Tchané lire un communiqué à cet effet sans préciser les conditions de création de cette alliance. Mais je crois qu’ils s’attendent à ce qu’il y ait un second tour. S’il y avait donc un second tour, ils feraient bloc derrière celui qui serait mieux élu. Mais on attend la position de Bruno Amoussou, du Psd (Parti social-démocrate, Ndlr), du Madep (Mouvement africain pour la démocratie et le progrès, Ndlr) en tant que partis. En fonction de leur choix, tout va se clarifier. Si Lionel obtenait un des grands en appui, il aurait un avantage définitif. Mais on ne sait pas ce qui va se passer dans le Nord. Zinsou n’est pas du Nord. Qu’est-ce qui va se passer à la base des Fcbe? La base des Fcbe, c’est fondamentalement les cinq (5) Nord à partir des Collines. Si Zinsou ne capte pas la majorité des voix de l’Alibori et du Borgou notamment, il peut y avoir problème. Et en tant qu’analyste, ne sachant pas ce qui va se passer réellement, on ne peut pas dire qu’il y aura un Ko. Il faudra montrer que les populations vont voter pour Zinsou face à Gbian,  Kogui N’Douro, Abdoulaye Bio Tchané, Arifari-Bako et Saley.

Le scrutin reste donc ouvert

Je crois que le scrutin reste ouvert contrairement à ce que certaines personnes pensent parce qu’à la base des  Fcbe, on ne sait pas encore ce que les populations vont décider.

Le scrutin est ouvert. Mais par quels autres moyens doit-on lire encore la présidentielle de février prochain?

La formation politique qui est en tête dans les dernières élections, présente quelqu’un qui n’est pas forcément un candidat qui vient de son socle. Mais il est des Collines. Ce qui n’est pas loin du socle des Fcbe. Mais on attend ce que décideront les populations. Avec cette élection on verra si l’ethnicisme, le régionalisme vont prévaloir ou pas. Ensuite, la plupart des candidats sont des hommes d’affaires. Il y a Zinsou, Ajavon, Talon et Saley. Il y a Koupaki, Abdoulaye Bio Tchané et Gbian qui sont des fonctionnaires reconvertis. Il est intéressant de voir dans cette élection si l’argent va avoir le poids qu’on lui donne. Les hommes d’affaires vont-ils gagner ? Si les hommes d’affaires gagnent, l’argent aura une importance significative.


Propos recueillis par Allégresse SASSE