Skip to content
Vous etes sur la page:
Pavage dans 10 Communes du Bénin : Un prêt de 15 milliards avec la Boad autorisé PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Fraternité du 13/03/2015   
Vendredi, 13 Mars 2015 10:50

Les députés ont autorisé hier au Palais des gouverneurs à Porto-Novo, la ratification d’un accord de prêt signé entre la République du Bénin et la Banque Ouest Africaine de développement (Boad) dans le cadre du financement partiel du projet de pavage de rues et d’assainissement dans les villes de Bembèrèkè, Bonou, Bopa, Dogbo, Ifangni, Kalalé, Karimama, Tanguiéta, Zakpota et Zè en République du Bénin... Il s’agit d’un accord de 15 milliards Fcfa remboursable en 10 ans dont 3 ans de différé. Du rapport de la Commission des finances et des échanges présidée par le député Grégoire Laourou, qui a présenté le dossier à la plénière, il ressort que le projet objet de cet accord de prêt s’inscrit « dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Actions Prioritaires (Pap) et de sa stratégie nationale de lutte contre la pauvreté à travers la réalisation des grands travaux d’assainissement et d’aménagement des voies dans nos villes ». Toujours selon la Commission des finances et des échanges, la réalisation du projet contribuera, entre autres, à l’amélioration substantielle de l’environnement urbain et de la situation sanitaire des zones concernées par le projet, à l’amélioration de la circulation dans les villes, à l’écoulement du trafic dans la zone du projet, à la facilitation de l’accès aux services publics de base et aux marchés ruraux, à la sauvegarde des investissements, au renforcement de capacités des communes susvisées en matière de gestion des infrastructures urbaines, à l’assainissement du cadre de vie des populations grâce à la limitation de la prolifération des vecteurs de certaines maladies liées aux eaux de ruissellement, à la facilitation de la création d’emplois temporaires et le développement d’activités génératrices de revenus du fait de l’accroissement des besoins, à la réduction des risques d’accidents.

Karim O. ANONRIN