Skip to content
Vous etes sur la page:
Menace sur le droit de grève des magistrats:L’Un dénonce un complot contre la démocratie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Lee Matinal du 14/07/2014   
Lundi, 14 Juillet 2014 12:56

L’Union fait la Nation (Un) craint que la proposition de loi portant retrait du droit de grève des magistrats soit un assassinat programmé de la démocratie. Dans un communiqué rendu public le 11 juillet 2014, la plus grande alliance politique de l’opposition dénonce un complot et appelle à la mobilisation générale afin de « barrer la route à l’imposture ». Lire le communiqué.

Communiqué

SOS. La démocratie béninoise en danger !

Le peuple béninois vit à nouveau sous la hantise de l’assassinat programmé de sa démocratie par le régime tristement célèbre du « Changement » et de la « Refondation. »
En effet, une proposition de loi inique, liberticide visant à modifier l’article 18 de la loi N°2001-35 du 21 Février 2003 portant statut de la Magistrature, proposition de loi initiée par 45 députés de la Majorité Parlementaire à la solde du régime de Yayi Boni, est en cours d’étude à l’Assemblée Nationale.
Ladite proposition de loi interdit aux Magistrats de « se constituer en syndicat et d’exercer le droit de grève ». Il leur est également interdit « d’entreprendre toute action concertée de nature à arrêter ou entraver le fonctionnement des juridictions ou d’y participer », et ceci, en violation flagrante de l’article 31 de la Constitution du 11 Décembre 1990 qui dispose :
« L’Etat reconnaît et garantit le droit de grève. Tout travailleur peut défendre dans les conditions prévues par la loi ses droits et ses intérêts, soit individuellement, soit collectivement ou par l’action syndicale ».
L’Union fait la Nation (Un), fidèle à ses valeurs d’équité, de paix, de justice sociale et de préservation des acquis démocratiques :
- Dénonce avec la dernière rigueur, ce complot ourdi contre le laborieux peuple du Bénin et sa démocratie.
- Apporte son soutien indéfectible aux Magistrats en lutte pour la préservation des libertés à eux conférées par notre loi fondamentale.
L’Union fait la Nation (Un) lance un appel pressant à tout le peuple béninois et à toutes les forces démocratiques de notre pays, épris de paix, de liberté et de justice sociale afin qu’ils se mobilisent pour barrer la route à l’imposture et la mise sous scellés de nos acquis démocratiques.
L’Un exprime sa grande préoccupation et son étonnement par rapport au comportement du bureau de l’Assemblée Nationale qui a refusé de recevoir le syndicat de l’Unamab, à l’issue de la marche organisée le jeudi 10 juillet 2014 à Porto-Novo à l’Assemblée.
L’Un enfin, se félicite du combat acharné, en cours, mené par les députés et certains des 45 signataires de la proposition de loi, au niveau de la Commission des Lois, pour faire échec aux fossoyeurs de notre démocratie.
Non, à la privation des libertés démocratiques !
Vive la démocratie !
Vive le Bénin !
Cotonou, le 11 juillet 2014
L’Union fait la Nation