Skip to content
Vous etes sur la page:
Réformes électorales au Bénin:Le Front citoyen réfléchit sur les lacunes de la Lépi PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matinal du 11/07/2013   
Vendredi, 11 Juillet 2014 10:46

La Liste électorale permanente informatisée (Lépi) était au cœur d’un atelier de réflexion hier jeudi 10 juillet 2014, à l’Institut Chant d’oiseau à Cotonou. L’atelier, initié par le Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques (Fcsad), a réuni des acteurs de la Société civile mais aussi des regroupements politiques de l’opposition...
Selon le président du Front, Antoine Détchénou, l’objectif des échanges est d’« aller plus au fond de la supercherie électorale qui conduit inexorablement à la mort de la démocratie ». Il s’agit, à l’entendre, de faire toute la lumière sur les insuffisances de la Lépi, ses nombreuses et graves lacunes sur la volonté de puissance qui la préside et en fait un instrument politique au service d’une minorité. « Il faut éviter qu’un silence complice conduise le Bénin à la grande dérive de 2011, un déni de la démocratie », a mis en garde Antoine Détchénou. Mais en attendant la publication des fruits de cette rencontre, le Front citoyen fidèle à sa logique, a réaffirmé hier que les documents brandis au Centre national de traitement (Cnt) comme les composantes de la Lépi ne servent à rien. « Il nous appartient aujourd’hui de ne plus nous laisser duper par les mensonges du pouvoir actuel. Il est utile de prendre nos dispositions pour que notre pays soit doté d’un fichier correcte, fiable et au dessous de tout soupçon », a laissé entendre le président du Front. Hier, l’Union fait la Nation (Un), l’alliance Abt ainsi que plusieurs personnalités ont apporté leur soutien à l’initiative. Et l’une des phrases expressives qui ont marqué leurs interventions est celle de l’ancienne ministre des Finances, Mathys Adidjatou. En effet, pour elle, « la Liste électorale n’est pas un patrimoine du gouvernement ». Comme tous les autres intervenants, Mathys Adidajtou, ancien proche de Yayi Boni, a appelé à la définition d’actions orientées « pour faire entendre raison au gouvernement » et sauver la démocratie béninoise. Il faut souligner que l’ancien Garde des Sceaux, Abraham Zinzindohoué a présenté ce jeudi une communication intitulée « Projet Lépi : un serpent de mer ». C’est un exposé qui fait l’historique du « projet Lépi » et le point de la réalisation de l’outil électoral.

Allégresse Sassé