Skip to content
Vous etes sur la page:
Malgré la suspension de la grève par 4 Centrales syndicales : Le Front des enseignants maintient la tension PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matinal du 24/04/2014   
Jeudi, 24 Avril 2014 10:50

En dépit de l’appel à la reprise de travail, le nouveau bureau transitoire du Front d’action des trois ordres de l’enseignement ne démord pas. Réuni hier mercredi 23 avril 2014 à la Bourse du travail à Cotonou, il a appelé tous les enseignants à poursuivre la paralysie jusqu’à satisfaction de ses revendications. Lire ci-dessous l’intégralité de sa déclaration... Communiqué de presse du 16 avril 2014

Les Secrétaires généraux des syndicats évoluant au sein du Front et toujours en lutte, après analyse approfondie du contenu et des motifs de la décision de suspension de la motion de grève par la Cgtb, la Cosi-Bénin, la Csa-Bénin et la Cspib le mardi 15 avril 2014, tiennent à faire les observations suivantes :
1.) Le blocage à dessein des négociations redémarrées le 07 avril 2014 par le Gouvernement et sa méthode des petits pas suscitent plusieurs interrogations quant à sa volonté d’œuvrer pour une sortie rapide de crise. Sa logique est d’escamoter les légitimes revendications des enseignants ;
2.) L’exigence de la relance des négociations par les quatre Centrales syndicales précitées ne rassure en rien les enseignants en lutte quant à la compréhension et le contenu du concept gouvernemental « c’est gagnable » relatif aux modalités de jouissance des 1,25 contenus dans le Décret 2011-505 du 5 août 2011 portant institution d’un coefficient de revalorisation des indices des Agents de l’Etat. Un débiteur reconnaît sa dette et prend des engagements négociés ;
3.) Le refus de dévoiler ses propositions sur les questions cruciales qui bloquent actuellement l’école montre l’indifférence que le Gouvernement affiche face aux problèmes des enseignants sans aucun souci de mettre le secteur de l’éducation à l’abri des soubresauts cycliques qui érodent à chaque fois le temps scolaire. Sa bonne foi aurait pu permettre d’écourter les congés s’il y avait eu conclusion des négociations.
Au regard de tout ce qui précède, les Secrétaires généraux des Syndicats en lutte :
a) Remercient les Secrétaires généraux des Centrales qui ont conduit ce mouvement sans précédent depuis le 07 janvier 2014 jusqu’à la date du 15 avril 2014, pour leur endurance, leur ténacité et les acquis obtenus pour les travailleurs ;
b) Affirment que leur appel ne sera pas entendu le 24 avril 2014 avec les effets escomptés si le Gouvernement ne met pas à profit ces congés pour fixer les enseignants sur l’acte de reconnaissance des 1,25 et du principe acquis de la sédentarisation des vacataires pour la rentrée 2014-2015 ainsi que l’échéancier précis de remboursement des défalcations illégales de 2012 en 2014 et de la jouissance échelonnée des 1,25. C’est un pas décisif qui est attendu pour une reprise effective des activités pédagogiques et un sauvetage responsable de l’année scolaire ;
c) Dénoncent le blocage des négociations dans le cadre de la Commission permanente de concertations et de négociations collectives Gouvernement/Centrales et Confédérations syndicales à peine installée et déjà refermée dans le dilatoire et l’usure ;
d) Rejettent vigoureusement tout calendrier réaménagé unilatéralement et demandent aux enseignants de prendre part aux Ag d’information et de remobilisation programmées sur toute l’étendue du territoire national les mardi 22, mercredi 23, jeudi 24 et vendredi 25 avril 2014 à partir de 9h sur les sites habituels afin de suivre scrupuleusement les motions du Front et des syndicats des enseignants des vacataires ;
e) Félicitent les enseignants pour leur résistance, surtout les enseignants vacataires et les encouragent à rester très mobilisés puisque la lutte n’est pas terminée ;
f) Rassurent l’opinion nationale et nos chers apprenants que les enseignants sont prêts à consentir tous les sacrifices nécessaires à condition qu’ils soient motivés. Seule la lutte paie !!!