Skip to content
Vous etes sur la page:
Affaire Ubipharm : L’Ordre des pharmaciens réagit et fait des révélations ce jour PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matinal du 17/04/2014   
Jeudi, 17 Avril 2014 09:56

L’Ordre national des pharmaciens du Bénin monte au créneau ce jour à son siège à Cotonou. L’objectif est de dénoncer la violation flagrante des textes de la République par le Chef de l’Etat et son gouvernement dans la décision d’autorisation d’exercice de la multinationale Ubipharm Bénin S.a et de l’usine African pharmaceutique generics (Apg)... Au cours de cette sortie médiatique, l’Ordre fera des révélations sur les tenants et aboutissants de ce scandale dont le Président Yayi Boni et son ministre de la Santé, Dorothée Gaza sont les principaux auteurs. En effet, il est question de la violation de la loi n°97-020 du 17 juin 1997 en son article 3. Cette disposition stipule ce qui suit : « L’autorisation de l’exercice en clientèle privée des professions médicales et paramédicales est donnée individuellement par le ministre de la Santé en commission technique, après avis favorable du Conseil de l’Ordre compétent. L’avis du Conseil de l’Ordre doit intervenir dans un délai de deux mois à compter de la réception du dossier prévu à l’article 8 de la présente loi, après enquête sur le titre, la moralité et l’aptitude professionnelle du postulant ». Mais, le gouvernement du Président Yayi Boni a décidé de passer outre cette disposition pour accorder le droit d’exercice à Ubipharm en Conseil des ministres du mercredi 26 mars 2014 dont les activités risquent de porter un grave préjudice aux entreprises grossistes des produits pharmaceutiques appartenant aux nationaux. Or, suite à la décision du Gouvernement d’accorder l’autorisation à Ubipharm et Apg, en Conseil des ministres du 30 octobre 2013, l’Ordre national des pharmaciens du Bénin y avait posé un refus au motif de violation de l’éthique professionnelle et des dispositions légales de la loi n°97-020. C’est un nouveau bras de fer entre l’Etat et les pharmaciens du Bénin qui continuera de s’alimenter.

Jules Yaovi Maoussi