Skip to content
Vous etes sur la page:
Tractations pour les prochaines communales:Yayi Boni veut imposer son fils Chabi à Cotonou PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matinal du 16/04/2014   
Mercredi, 16 Avril 2014 16:31

Le fils cadet du Chef de l’Etat lorgnerait-il la maison blanche de Cotonou ? Tout porte à le croire. On apprend de sources informées que Yayi Boni travaille en douce pour appuyer Chabi lors des prochaines communales. Une entreprise qui devrait gêner bien d’intérêts au sein de la famille Soglo...

Chabi Yayi pourrait bien être en lice pour les élections municipales dans la ville de Cotonou. Des informations persistantes font en tout cas croire qu’il fera partie de la course et qu’il compterait prendre la tête de la mairie de Cotonou. On confie également qu’il a le soutien de son président de père. Le Chef de l’Etat réfléchirait sur le sujet et serait en train de peaufiner une stratégie pour maximiser les chances de réussite de son rejeton.

Et plusieurs éléments confortent les informations. En effet, depuis peu, Chabi Yayi occupe le terrain à Cotonou. Il multiplie les initiatives pour sortir de l’ombre et surtout se faire connaître des populations. En septembre 2013, il avait parrainé l’organisation d’un tournoi de football dénommé ? Dasohal ?, ayant réuni les jeunes des 10ème et 11ème Arrondissements de Cotonou. A l’époque, le fils de Yayi Boni avait vanté les mérites de l’opération « 10 millions d’âmes, 10 millions d’arbres » et de l’assurance maladie universelle qui sont des initiatives du gouvernement. Il s’est donc fait défenseur de la cause de la majorité au pouvoir auprès de la jeunesse qui reste un « réservoir électoral » important. En mars dernier, Chabi avait animé un meeting à Cadjèhoun dans le 12ème arrondissement de Cotonou. Il était entouré de certains membres influents de la majorité présidentielle comme l’ancien député Sylvain Zohoun, le Coordonnateur des Forces cauris pour un Bénin émergent du 12ème Arrondissement, Sévérin Adotanou et des conseillers municipaux Isaac Aïvodji et Constant Nahum. Cette fois-ci, il prônait l’union des membres de la famille présidentielle. L’objectif caché est clair : annoncer sa présence et agir pour sa consolidation. Nos sources précisent que le Chef de l’Etat est au cœur des initiatives de Chabi. L’objectif, poursuivent les mêmes sources, c’est aussi de faire accepter aux barons de la famille présidentielle implantés à Cotonou, le jeune Chabi qui ne manque pas d’ambitions. Suivez nos regards…

La guerre entre fils de…

Si la candidature de Chabi Yayi s’officialise, cela déteindra à coup sûr sur le partenariat entre le Chef de l’Etat et la Renaissance du Bénin (Rb). Certains observateurs ont confié que cela mettra le couple politique en difficulté. Car les Renaissants comptent bien maintenir dans leur giron la Mairie de Cotonou. D’ailleurs certains membres de la Rb analysent la probable candidature de Chabi comme un coup de couteau envoyé dans le dos de la famille Soglo. Et ils n’auront pas tort si cela advient. Le président de la Rb a à maintes reprises revendiqué son appartenance à la majorité présidentielle plurielle et a souvent agi dans ce sens. Léhady Soglo a souvent évité de lancer des piques contre le gouvernement pour, affirment des observateurs, garder ses avantages à la Mairie de Cotonou. Les tout prochains jours seront donc déterminants puisque le combat se mènera aussi entre deux fils de chefs d’Etat. Chabi Yayi et Léhady Soglo ont le soutien de leurs paternels. Mais ils n’ont certainement pas les mêmes chances sur le terrain. Le premier adjoint au Maire de Cotonou, Léhady Soglo connaît certes le terrain mais depuis les dernières élections municipales, les données ont évolué. Des populations ont été déçues par la gestion à la Mairie de Cotonou. D’autres continuent de croire aux visions de la Rb. Chabi, lui, sera porté par la majorité au pouvoir sur les instructions de Yayi Boni, mais il n’est, a priori, aucunement rassuré de rien. La lutte entre ces deux « privilégiés de la République » reste ouverte tant elle cache des surprises. Cependant, le Bénin est encore bien loin des Communales prises en otage par Yayi Boni.

Allégresse Sassé