Skip to content
Vous etes sur la page:
Message à la Nation: Quand les faits contredisent Yayi
Écrit par Adjinakou du 02/08/2013   

A l'occasion du 53ème anniversaire de notre indépendance, le chef de l'Etat a prononcé un discours dans lequel il se montrait très attaché à la paix et à la justice dans notre pays. Pourtant des faits confondent bien Boni Yayi dont le comportement semble être en déphasage avec les réalités du terrain. L'assignation à domicile de l'ancien ministre Gaston Zossou, l'un des initiateurs du " mercredi rouge ", le châtiment corporel infligé aux jeunes en rouge, le non respect des décisions de justice…, sont bien de faits qui contredisent le discours de Boni Yayi...
Le Bénin, comme les années passées, a commémoré ce 1er aout la fête de l'indépendance. A cette occasion, le chef de l'Etat, a fait son traditionnel discours à la Nation. Dans ce discours, Boni Yayi est revenu sur sa vision pour le bien être des citoyens béninois. Longuement, il a évoqué son attachement à la paix et à la justice pour tous les Béninois. " ….Il s'agit aussi d'inverser la tendance à la pérennisation de notre système de gouvernance qui, loin de promouvoir un développement intégral et inclusif, conduit au contraire à l'accroissement de la pauvreté. Je vous le jure, mes chers compatriotes, mon gouvernement, en symbiose avec nos institutions républicaines et le concours de tous, est déterminé à procéder à une véritable transformation de notre société. Un des fléaux qui entravent notre marche vers le progrès et le bien être de notre Peuple réside fondamentalement dans la mauvaise gouvernance des affaires publiques comme privées de notre cité commune.

Mes chers Compatriotes, Je le jure, mon gouvernement s'engage fermement avec vous à promouvoir la bonne gouvernance sous toutes ses formes. Qu'il s'agisse de la gouvernance constitutionnelle, électorale, politique, locale, économique et sociale, nous prendrons des mesures plus hardies pour que le Bénin, notre chère patrie, soit à la hauteur de ces enjeux et de ces défis. Le premier est celui d'une gouvernance de qualité fondée sur les valeurs spirituelles, éthiques et morales, centrées sur la foi en Dieu, notre Père Céleste et l'amour du prochain. Ensemble, nous nous emploierons à mener une lutte implacable contre la corruption ", déclarait le président Boni Yayi qui se dit engagé à combattre la pauvreté, la corruption et instaurer un pays de droit et de justice pour le bien-être des Béninois.

Paix, un vain mot

Pendant que dans son discours à la Nation, le chef de l'Etat dit prôner, un Etat de droit où règnent la paix et la justice, on observe dans le pays des comportements de mépris et d'injustice qui contredisent bien ses propos. Le dernier évènement en date mérite d'être abordé : très tôt ce mercredi matin, un peut avant six heure du matin, la résidence de l'ancien ministre Gaston Zossou a été pris d'assaut par un fort un contingent d'hommes en uniforme dont la mission est restée inconnue jusque là. Sur sa page facebook, on pouvait lire "Chers amis, à l'heure où je vous écris ces mots, une quarantaine d'hommes en armes encerclent ma maison au carré 1416 E à Vêdoko, Cotonou. Je présume que c'est pour mes activités politiques sur Facebook et MERCREDI ROUGE. Je vous informe à toutes fins utiles. Quant à moi, je suis serein. J'agis par attachement à la vérité et à notre pays commun, et je n'ai pas l'intention de m'arrêter. Diffusez ce message s'il vous plaît. Merci à tous. ".

Un peu plus loin, dans la même journée, ce sont des centaines de jeunes (antirévisionnistes ou non), habillés en rouge qui ont été molestés par les policiers et gendarmes. Un état de chose qui ne rassure pas de la sincérité des propos du chef de l'Etat qui devrait méditer sur cette réflexion de Félix Houphouët Boigny : " La paix ce n'est pas un mot, mais un comportement "

Cosme Kèkè