Skip to content
Vous etes sur la page:
Yayi sur les lieux des accidents d’Adjohoun et Porto-Novo :« L’anarchie, le désordre et l’impunité s’observent dans le pays » PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matinal du 03/07/2013   
Mercredi, 03 Juillet 2013 07:26

Le Président Yayi Boni à la tête d’une délégation s’est rendu hier mardi 2 juillet 2013 sur les lieux des drames survenus à Adjohoun et Porto-Novo et ayant frappé le département de l’Ouémé dimanche 30 juin 2013. Il reconnaît que ces drames survenus sont le fruit de l’anarchie, du désordre et de l’impunité... Le Chef de l’Etat était sur le pont de Porto-Novo mardi 02 juillet pour apprécier le bilan du drame de ce dimanche. A sa descente de l’hélicoptère présidentiel au stade Charles de Gaulles de Porto-Novo, il a rejoint la forte délégation des autorités municipales, des sages et notables de la ville. Après le dépôt de gerbe en mémoire des disparus et en guise de compassions aux familles éplorées, il a condamné l’indiscipline caractérisée des conducteurs de minibus. « L’anarchie, le désordre et l’impunité s’observent dans le pays. Ce que je retiens, c’est l’impunité partout, les grands ouvrages que nous avons réalisés à grands frais sont détruits un peu partout. C’est le cas de l’échangeur de Calavi…. Vu le choc, le chauffeur filait certainement, il faisait de la vitesse et il a osé un dépassement sur cette chaussée qui est étroite, il faut le reconnaître » a laissé entendre le président Yayi Boni touché par le drame et l’état de délabrement des garde- fous sur le pont.

Thobias Gnansounou Rufino
(Br Ouémé/Plateau)

Médecins après la mort….

Hier à Porto-Novo, le Chef de l’Etat a reconnu la vétusté du pont de la capitale. Avant lui, le maire Moukaram Océni déplorait le fait que cette infrastructure ne soit pas réfectionnée. C’est donc à l’unanimité des autorités centrales et municipales que ce pont a été reconnu comme étant dans un état de délabrement avancé. Les accidents sont devenus presque quotidiens surtout à cause de l’exigüité du pont. Un cas similaire à celui du dimanche s’est déjà produit en août 2008. Un véhicule en provenance de Cotonou pour Porto-Novo avait eu à déraper presque au même endroit. A l’époque, une partie des garde-fous a cédé et le véhicule avait immergé. Le propriétaire en était décédé et le véhicule irrécupérable. Cinq ans après, le même drame se reproduit sur les mêmes lieux. Face à une telle situation aucune réaction n’a été observée pour réfectionner cette infrastructure. Le gouvernement n’a rien fait, encore moins la municipalité. Alors qu’il y avait possibilité de renforcer les garde-fous ou à défaut de les changer. C’est après ce nouveau drame que les autorités se manifestent. Le Chef de l’Etat a promis « d’élargir la voie entre Sèmè et Porto-Novo et de réparer le pont de la ville Capitale ». On aurait souhaité que ces propos du Président Yayi Boni interviennent plus tôt et qu’ils soient suivis d’effets. Maintenant qu’il l’a dit, il s’est engagé devant les populations, sages, notables et le maire Moukaram Océni qui avait déclaré en présence du ministre Lambert Koty que « le pont de Porto-Novo est vétuste ». Yayi Boni l’a dit : « le Maire a raison ». Pourvu que les promesses entendues ne restent pas sans lendemains. Ce que craignent bon nombre d’usagers, car à entendre le Chef de l’Etat, le projet n’est pas encore finalisé. « Nous avons de gros projets notamment l’élargissement de la voie dont nous allons discuter avec nos partenaires » a laissé entendre Yayi Boni.