Skip to content
Vous etes sur la page:
Me Joseph Djogbénou, conseil de la défense :« Justice a été rendue à ceux qui sont détenus… » PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matinal du 02/07/2013   
Mardi, 02 Juillet 2013 07:30

« L’impression est sur le visage. Vous avez observé que les décisions qui ont été rendues, ont largement confirmé la décision du juge Houssou. Justice a été rendue au juge Angelo Houssou. Justice a été rendue, me semble-t-il à la justice béninoise et justice a été rendue à celles et ceux qui sont détenus dans les conditions que nous savons... Ce que nous attendons, c’est leur mise en liberté d’office et sans condition, ainsi que le juge à la Chambre d’accusation l’a décidé (…) La disjonction des dossiers est une mesure tout à fait normale parce Messieurs Patrice Talon et Olivier Boco n’ont pas été inculpés. Mais vous voyez que dans le fond les décisions de confirmation de non-lieu leur sont favorables absolument. Le non-lieu veut dire que l’infraction n’est pas constituée. Et donc, il n’y a lieu ni à suivre ni à poursuivre. Vous n’imaginerez pas qu’on retrouverait Talon être poursuivi pour des faits qui ne sont pas constitués. Et bien entendu, la Chambre d’instruction de la Cour d’appel de Paris va en tirer toutes les conséquences. Je voudrais lancer un appel au Chef de l’Etat. Je pense que le moment est venu de tendre les bras à tous les Béninois. On ne peut échouer devant le juge de la Chambre d’accusation et espérer quoique ce soit. Le moment est venu avec la douleur qui est la nôtre de tenir compte tenu des accidents que vous savez, et les difficultés économiques que vous savez, de penser qu’un jour, il sera un ancien Chef d’Etat et qu’il va vivre dans ce pays et qu’il faut qu’il vive dans ce pays en toute liberté. Et qu’il faut qu’il vive dans ce pays de sorte qu’on puisse encore l’acclamer. Je lui souhaite d’avoir vraiment le courage d’entendre celles et ceux qui ne lui disent pas ce qu’il aime qu’on lui dise. La sagesse, c’est dans le fait d’écouter ceux qui ne disent pas la même chose que vous. Et c’est dans cette condition qu’on peut encore relever notre démocratie… Je crains le pourvoir en cassation… Afin… tout est possible dans ce pays, vous le savez. Mais je ne pense pas que la sagesse désertera encore le forum et que le Procureur général prendra la décision de la mise en liberté d’office »