Skip to content
Vous etes sur la page:
Menace de blocage de la correction du Bac par les syndicalistes: Le Dob a confondu les chiffres mensongers avancés par les syndicalistes PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 02/07/2013   
Mardi, 02 Juillet 2013 07:18

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a dirigé hier matin, la réunion quadri partite concernant tous les acteurs protagonistes intervenants dans l’organisation du baccalauréat au Bénin. Pour éviter les troubles, le blocage et les intoxications médiatiques qui pourraient entacher la crédibilité du Bac 2013 à l’international, le ministre a accédé à la doléance de certains syndicalistes. Celle de sortir le 1% des retraités convoqués des postes de responsabilité pour les convertir en correction... Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, François A. Abiola s’est s’autosaisi des préoccupations des certains syndicats tels que la Conero Bac et de Synappec. Ainsi, il fait repousser le démarrage de la correction du bac précédemment prévu pour le lundi 1er juillet au mercredi 3 juillet 2013 en vue de régler tous les problèmes d’ordre corporatiste et structurel. Les acteurs syndicaux  de la Conetra Bac, de la conero Bac, Synappec, et certains superviseurs représentants les partenaires sociaux étaient tous au cabinet du ministre Abiola entouré pour la circonstance des directeurs centraux de son département ministériel. En plantant le décor, le ministre Abiola a rappelé que c’est à son avènement à la tête de ce ministère que le Bac béninois est reconnu en Allemagne où il était non grata. « Le bac est trop sérieux pour moi. Il faut que nous gardions le cap de l’excellence et de crédibilité au plan international. C’est pour cette raison que je vous ai fait appel. Vous avez dit que la phase écrite s’est très bien déroulée. Il faut le faire savoir à vos amis et réseaux de la presse que vous alimentez. Si on n’aime pas le lièvre, il faut reconnaitre qu’il sait courir. Parler des innovations du Dob et surtout des photos scannées sur les convocations avec les impacts », a introduit le ministre. Ensuite, il a ouvert les débats. « Ce que j’ai compris de votre intervention sur la télévision hier, c’est qu’il y a des correcteurs que vous récusez. Produisez alors vos listes avec les noms surtout, celui du correcteur qui est allé à la retraite depuis 1993 afin qu’on la confronte la liste du Dob. C’est alors que le porte-parole Synappec Thierry Dovonou avoue que « les enseignants de son syndicats et ceux de Conero, ont décidé à l’AG de Porto-Novo, la semaine écoulée, de bloquer la correction si tous les retraités des postes de chefs centre, de superviseurs, de contrôleurs et de présidents de jury ne sont pas sortis du système». Son homologue Gankpé de Conero a renchéri en déclarant qu’ils ne sont plus prêts à accepter le ‘’traitement discriminatoire’’ de 1000 f cfa par copie à la correction. Les autres responsables de Conetra et les superviseurs sont intervenus pour montrer l’importance du rôle dans les travaux de correction. C’est sans compter avec la détermination de leurs vis-à-vis. Le Dob Da Silva, à son tour, a battu en brèche les chiffres avancés par les responsables de Conero Bac sur Golf Tv hier. Ils n’ont d’ailleurs pas pu apporter la preuve des 300 retraités convoqués qu’ils ont alarmés sur les antennes. Il s’agit, à en croire le Dob de 64 retraités soit moins de 1% sur les 5849 convoqués aux travaux de correction du baccalauréat au regard de leur qualité et expérience, a restitué le Dob. Au regard de leur position tranchée, le ministre Abiola a accédé à leurs revendications en demandant à la commission quadri partite composée des syndicalistes, des professeurs d’Université et de l’office du Baccalauréat de poursuivre le toilettage de la liste en vue de sortir tous les retraités des postes de chefs centre, superviseurs, contrôleurs et de présidents de jury. Néanmoins, le ministre Abiola a obtenu des syndicalistes, l’aile Conero, la reconversion de retraités qui sont sortis de ces différents postes  en correcteurs.


Revalorisation de la prime de correction

Le ministre Abiola n’a pas été du dos de la cuillère pour demander aux syndicalistes de Conero de se rapprocher de leurs ainés pour savoir les conditions dans lesquelles les acquis de 1000 FCFA par copie sont préservés. Le bout du tunnel a été périlleux. Et il est alors totalement illusoire de  vouloir mener une lutte dans ce sens, a averti le ministre. Les voix se sont levées pour décourager aussi bien dans le camp du ministère que dans le rang de la Conetra Bac pour demander aux responsables de Conero bac de ne pas s’aventurier sur ce terrain. Car l’arrêté interministériel consacrant les 1000 f cfa/copie est sortie fraichement. Les signatures sont obtenues sur le fil du rasoir. C’est donc l’occasion de reconnaitre le sacrifice du gouvernement et les efforts déployés par le ministre Abiola pour y arriver. Le bac béninois coûte très cher aux contribuables béninois, a rappelé le Dob avant d’ajouter que dans la sous région, ceux qui se rapprochent du taux de 1000f cfa/ copie sont à 500 f cfa par /copie. C’est ainsi que les membres du Conero Bac ont été désarmés.

J. D.