Skip to content
Vous etes sur la page:
Délibéré de la Cour d’Appel de Cotonou dans les dossiers d’empoisonnement et coup d’Etat: La chambre d’accusation confirme les ordonnances du juge Angelo Houssou (Le Procureur général s’est aussitôt pourvu en cassation) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 02/07/2013   
Mardi, 02 Juillet 2013 07:16

La Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel de Cotonou a mis fin au suspens en ce qui concerne les affaires de tentative d’empoisonnement du chef de l’Etat et de coup d’Etat dont elle était saisie à la suite des ordonnances de non lieu prises par le juge Angelo Houssou dans lesdites affaires il y a quelques semaines... La décision est tombée dans l’après midi de ce lundi comme prévu. Selon son délibéré, la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel de Cotonou a confirmé les ordonnances du Juge Angelo Houssou pour ce qui concerne les personnes actuellement en détention dans les dossiers cités supra. Ce qui signifie que les présumés complices des principaux présumés accusés Patrice Talon et Olivier Bocco notamment l’ancien  ministre Moudjaïdou Soumanou, la nièce et le médecin principal du chef de l’Etat Zoubérath Kora et Ibrahim Mama Cissé pour le cas du dossier de la tentative d’empoisonnement ainsi que les sieurs Pamphile Zomahoun et Johannes Dagnon dans le dossier  de coup d’Etat seront remis en liberté dans les prochains jours.  Mais par contre, le délibéré de ce 1er juillet disjoint ce dossier pour ce qui concerne Patrice Talon et Olivier Bocco, les présumées têtes de pont dans lesdits dossiers. Par cet acte, la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Cotonou a décidé de scinder ce dossier. Mais aux dernières nouvelles, à la suite de ce délibéré de la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel, le Procureur général s’est pourvu en cassation. Le camp du chef de l’Etat n’est pas content de ce verdict et a décidé de saisir la juridiction du  3ème degré qu’est la chambre d’accusation de la Cour suprême. Ce qui ramène les deux affaires à la situation de départ, c'est-à-dire par que, par exemple la mise en  liberté de l’ancien  ministre Moudjaïdou Soumanou, de la nièce, du médecin principal du chef de l’Etat Zoubérath Kora et Ibrahim Mama Cissé, de Pamphile Zomahoun et Johannes Dagnon, est compromise. Les regards sont désormais tournés vers la Cour suprême.

J.E.