Skip to content
Vous etes sur la page:
Réunion de crise ce jour sur le Bac au ministère de l'enseignement supérieur: François Abiola décide de mettre fin aux intox (La correction du baccalauréat reporté au 3 juillet) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 01/07/2013   
Lundi, 01 Juillet 2013 07:21

Avant le démarrage de la correction du baccalauréat, les trois syndicats à savoir Conetra Bac, Conero Bac, le syndicat national des professeurs permanents et contractuels (synappec) et les autres syndicats satellitaires qui s’invitent dans le débat de l’organisation du Bac sont attendus au ministère de l’enseignement supérieur ce lundi 1er juillet... Le ministre Abiloa est décidé à arrêter, les manipulations et l’intoxication de l’opinion qui s’enflent dans la presse et sur les chaines de télévision et polluent l’internet à travers les réseaux sociaux,  depuis la vieille du lancement du baccalauréat par des individus et certains syndicats. La goute d’eau a fait déborder le vase hier dimanche 30 juillet 2013, c’est le passage des deux syndicalistes sur le plateau de Golf TV. Le thème du débat est : ‘’participation des retraités, menace de blocage des partenaires sociaux’’. Les deux invités, Thierry Dovonou et Flavien Gankpé  ont reconnu que le Dob Alphonse Da Silva gère très bien l’organisation du Bac avant, car il a mis en place des structures vieilles qui fonctionnent à merveille.  Paradoxalement, ils déclarent que le Dob est pris en otage par des individus. Autrement, il ne décide pas de lui-même.  Les deux ont soutenu qu’il y a plus de 10% de retraités sur la liste des correcteurs. Approchées, les autorités de l’office du baccalauréat ont contesté vivement ses chiffres qu’elles jugent tronqués, fallacieux, mensongers et grotesques susceptible de créer une rébellion dans le rang des correcteurs.  ‘’ Il n’y a que 70 personnes ressources sur les 5849 correcteurs et contrôleurs bac édition 2013, c'est-à-dire à peine 1% de l’effectif des correcteurs du Bac’’ apprend-t-on de sources proches du directeur de l’Office du Baccalauréat. Ces personnes ressources, sont pour la plupart des professeurs certifiés, des inspecteurs compétents, qui ont une expérience avérée pour ce qui concerne les travaux d’organisation du baccalauréat en occurrence la correction des épreuves écrites. Elles sont désignées par le Dob pour être ses yeux et ses oreilles dans les ateliers de correction en vue d’éviter les dérives et quadriller au mieux les jeunes correcteurs pour continuer à donner au Bac béninois toute sa crédibilité au plan international, expliquent les mêmes sources.

Gestion des cas d’omission par ailleurs

Pour corriger les cas d’omissions de correcteurs, l’office a ouvert une liste pour recueillir les plaintes afin d’intégrer les professeurs certifiés correcteurs méritants dont les noms ne sont pas retrouvés sur les listes de correcteurs après la saisie. Ainsi, le projet de liste est rendu public depuis deux semaines par l’office dans le souci de recueillir les plaintes au nom du principe de la transparence et de l’équité qui gouverne l’organisation du Bac sous le Dob Da Silva. Ce n’est donc pas sur la pression de quelque  syndicaliste que ce soit que le directeur de l’Office du Baccalauréat a pris l’initiative de corriger, de réaménager la liste. C’est donc clair, que les deux syndicalistes ne font que tirer le drap de leurs cotés pour s’attirer la sympathie des enseignants.

Les listes des correcteurs sont gérées par les enseignants

Qu’il nous souvienne que les listes de correcteurs Bac sont proposées par les établissements sur la base des critères fixés par les textes. Ces listes sont validées au niveau départemental par les directeurs départementaux de l’enseignement secondaires, les conseillers pédagogiques, les inspecteurs, les présidents des disciplines enseignées et bien évidemment les partenaires sociaux dont Conero Bac. Ces mêmes partenaires sociaux ont aussi participé à la phase nationale de validation des listes. Mais ils avaient trouvé que tout est rose. Subitement, ils renient leur position d’hier parce que certains de leurs militants tombés en disgrâce vis-à-vis des lois de la République dans l’exercice de leur fonction d’enseignant, sont déclassés de la liste des correcteurs d’une part et la lutte de génération avec leurs ainés de Conetra bac d’autre part. Ce qui  les amène à jeter le discrédit  sur le déroulement du Bac à chaque phase importante du processus. Agacé par ce comportement qui frise le chantage, le ministre François Abiola a convoqué une réunion de clarification pour ce matin dans son cabinet pour permettre aux syndicalistes de prouver leurs allégations. Vivement que les syndicalistes brandissent les preuves.

T. A.