Skip to content
Vous etes sur la page:
Bras de fer entre les magistrats et le gouvernement: Le Syntra-Justice apporte son soutien à l’Unamab PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 28/06/2013   
Vendredi, 28 Juin 2013 16:05

Après l’Unamab, c’est le Syndicat national des travailleurs de la justice (Syntra-Justice) qui monte au créneau pour condamner les agissements du gouvernement envers les magistrats. Le Syntra-justice l’a fait savoir par une déclaration. Mais pour décrisper la tension entre le gouvernement et l’Unamab, le Syntra-justice invite le Conseil supérieur de la magistrature à prendre d’urgence un nouveau  décret en vue de la correction des diverses imperfections qui mettent la justice béninoise dans cette situation qui n’arrange personne... L’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab)  qui observe un mouvement  de grève  de 72 heures depuis le mardi 25 juin dernier, vient de recevoir un soutien. Il s’agit de celui du Syntra-Justice. Dans une déclaration signée par le secrétaire général du Syntra-Justice, Kuassi Cakpo BESSE, il l’a clairement notifié après un rappel des faits qui a créé la tension entre le gouvernement et l’Unamab. Il s’agit notamment de l’interpellation du juge Angelo Amoussou après son verdict de non-lieu dans des dossiers d’empoisonnement du Chef de l’Etat et du coup d’Etat manqué contre ce dernier toujours,  des consultations à polémiques des magistrats relatives à leur affectation et des propos du président de la Cour suprême, Ousmane Batoko, que le syndicat juge de ‘’provocateurs’’ et ‘’d’injurieux’’. Pour le Syntra-Justice,  ‘’ces consultations à polémiques,  étaient fortement contestées  parce qu’elles violeraient tous les principes élémentaires en matière de préséance, de consultation du juge ’’. Fustigeant le comportement du gouvernement,  le Syntra-Justice, pense que ‘’l’adoption de ces mêmes consultations qui, datent de 2012,  en Conseil des ministres en sa séance du 28 mai 2013 par le Chef de l’Etat est suspecte et constitue  une déclaration de guerre  dirigée contre les  magistrats et la justice tout entière’’. A cet effet, Kuassi Cakpo BESSE dit qu’il condamne le premier magistrat du Bénin, Boni Yayi, sur le traitement réservé aux magistrats. De même, il dénonce  « les agitations de  Ousmane Batoko ». Dans la même foulée, le Sytra-justice a invité le Conseil supérieur de la magistrature à prendre d’urgence un nouveau  décret en vue de la correction des diverses imperfections qui mettent la justice béninoise dans cette situation qui n’arrange personne. En plus, le Sytra-justice, dans sa déclaration, exige que la sécurité personnelle du juge Angelo HOUSOU et celle de sa famille soit assurée et que les auteurs des dérives observées à son encontre soient sanctionnés. Posant une condition, le Syntra-justice appelle à la mobilisation des uns et des autres pour d’autres actions musclées dès le 09 juillet prochain « si le gouvernement s’entêtait dans son mutisme qui  consiste à ne pas satisfaire aux revendications des magistrats de l’UNAMAB ».

E.A.