Skip to content
Vous etes sur la page:
Gouvernement - Ptf et la SCRP 2013: Résultats satisfaisants grâce aux leaderships de Koupaki et de Gbian PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 28/06/2013   
Vendredi, 28 Juin 2013 16:03

La Stratégie de croissance pour la réduction de la pauvreté (Scrp 2013) était au cœur d’un séminaire organisé le jeudi 27 Juin dernier au Palais des Congrès de Cotonou. La rencontre a connu la présence  des membres du Gouvernement du Bénin, la Société civile et les Partenaires techniques et financiers.  Il ressort de ce séminaire que des avancées significatives ont été réalisées par le Bénin... Conformément au dispositif de suivi et d’évaluation de la Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté (SCRP 2011-2015), le Gouvernement s’est engagé à rendre compte annuellement des progrès enregistrés dans la mise en œuvre de la stratégie. C’est à ce cet exercice que membres du Gouvernement, représentants de la Société civile, et partenaires techniques et financiers se sont attelés ce jeudi 27 Juin 2013 au Palais des Congrès de Cotonou. C’était sous les auspices  du Premier Ministre, Pascal Iréné Koupaki.  L’accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie, le développement des infrastructures, le renforcement du capital humain, le renforcement de la qualité de gouvernance et le développement équilibré et durable de l’espace national, sont entre autres, les principaux axes sur lesquels sont basés les principaux résultats enregistrés dans la mise en œuvre de la Scrp au cours de l’année 2012. En ce qui concerne l’accélération durable de la croissance et de la transformation de l’économie, les actions ont concerné la consolidation du cadre macroéconomique, la dynamisation du secteur privé et le développement des entreprises, la diversification de l’économie et la promotion de l’intégration régionale et l’insertion du Bénin dans les réseaux mondiaux. Ici,  la croissance nationale a évolué en 2012 dans un contexte international marqué par un ralentissement de l’activité mondiale (3,2 %) contre (4,0%), un  flux de l’inflation mondiale (2,0% contre 2,7 % précédemment). Dès lors, la reprise de l’activité économique en 2011 s’est consolidée en 2012, le taux de croissance du PIB ressortant à 5,4% contre 3,5% en 2011. Cette croissance est soutenue entre autres, par la hausse d’environ 20% de la population cotonnière, la progression d’environ 10% des activités portuaires. Par rapport au développement des infrastructures, on retient que les indicateurs sont demeurés bien orientés dans l’ensemble, même si les progrès sont inégaux d’un domaine à un autre. Au niveau du renforcement du capital humain, le constat est le même. Les progrès également inégaux d’un domaine à un autre. En matière d’éducation, les indicateurs d’accès se sont bien comportés, dépassant les cibles fixées : TBS=119,72 contre un objectif de 116%. Des difficultés persistent encore au niveau de l’efficacité interne et de la qualité de l’éducation. Pour ce qui est de la santé, le taux de fréquentation des services de santé est passé de 45,4% à 50,60%. Les autres indicateurs ont, dans l’ensemble, progressé.  Séduite par ces avancées, le Chef de file des Partenaires technique et financiers, Mme Nardos Békélé Thomas, n’a pas manqué de souligner que des défis majeurs restent à relever concernant la poursuite des efforts en faveur de la diversification de l’économie pour contenir la vulnérabilité du pays (Eau, éducation, santé), la poursuite et l’intensification des actions en faveur des OMD, le renforcement des actions en faveur de l’amélioration significative du climat des affaires au Bénin, le renforcement des infrastructures pour soutenir la croissance, notamment les infrastructures énergétiques et de transport, pour ne citer que ceux-là.  Pour le ministre de l’Economie et des Finances, M. Jonas Gbian, il faudra travailler encore davantage pour atteindre les objectifs. Pour sa part, le Premier ministre, M. Pascal Iréné Koupaki, a appelé à la conscience citoyenne de tous les Béninois afin que, par le travail, la pauvreté soit vaincue. En somme, il est à noter que cette rencontre a été très riche en enseignements pour les participants et a accouché d’importantes recommandations. Ceci, grâce aux leaderships des ministres Pascal Koupaki de la Primature, et Jonas Gbian de l’Economie et des Finances.



Etienne YEMADJE