Skip to content
Vous etes sur la page:
Rencontre entre le chef de l’Etat et les vendeurs d’essence frelatée: Yayi promet 50 milliards pour mettre fin à ce trafic dans l’Ouémé et le Plateau PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Latin du 28/06/2013   
Vendredi, 28 Juin 2013 15:58

Les vendeurs de l’essence frelatée communément appelée ‘’kpayo ‘’ étaient hier au palais de la présidence. Au centre des discussions, les voies et moyens pour arrêter la commercialisation de l’essence  frelatée dans les départements de l’Ouémé et du Plateau. La question de la reconversion des vendeurs d’essence kpayo a aussi pris une grande place dans les échanges... « On ne peut pas laisser le commerce de l’essence Kpayo  continuer ». C’est la substance du message que le président de la République a passé aux vendeurs de l’essence frelatée venus surtout des départements de l’Ouémé et du Plateau. Au cours de cette séance de vérité, Boni Yayi a fait part de sa volonté de continuer la lutte, tout en invitant les acteurs à prendre conscience des dangers que ce commerce représente pour la santé et la vie humaine. Il est donc proposé aux acteurs du secteur de l’essence ‘’Kpayo’’, de se reconvertir à d’autres activités génératrices de revenus. Le chef de l’Etat, pour convaincre ses interlocuteurs, a mis en avant les potentialités et richesses dont regorgent les départements de l’Ouémé et du Plateau à savoir, la présence massive de ressources minières et énergétiques ainsi que l’existence de la vallée de l’Ouémé. Tout ceci place les départements de l’Ouémé et du Plateau en tête de peloton en matière de richesses disponibles dans le pays, a-t-il souligné.  De façon concrète, aux sorties de cette séance d’hier, Boni Yayi et son gouvernement ont promis la construction d’un certain nombre de stations de vente d’essence dans la région. Il a aussi présenté un projet de 50 milliards pour aider à la reconversion de tous les acteurs  de la vente illicite de l’essence. Aussi à cette occasion, le chef des trafiquants de kpayo Oloyé, a-t-il une seconde fois promis au chef de l’Etat d’arrêter ce commerce. Une seconde promesse dont la réalisation pourrait être à l’image de la première, si les acteurs ne prennent réellement pas la décision d’aller faire autre chose que, la vente de l’essence ‘kpayo’’.

Dieu-Donné KATAKOULA