Skip to content
Vous etes sur la page:
Révocation et suspension de salaires à plus de 1700 agents contractuels: Les concernés veulent régler le différend dans l’apaisement (Ils invitent le Chef de l’Etat à se pencher sur le dossier) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 26/06/2013   
Mercredi, 26 Juin 2013 07:15

Réunis au sein du Collectif des agents contractuels de l’Etat reversés concernés, ces agents contractuels ont pris part, hier mardi 25 juin à la Bourse de travail, à une assemblée générale sur la situation par rapport à la décision du gouvernement de leur licenciement et la suspension de leur salaire. Etaient présents à leurs côtés, des secrétaires généraux de la centrale syndicale, notamment Pascal Todjinou, Paul Essè Iko et d’autres syndicats des ministères... Dans une déclaration commune lue par Luc Alao, ces derniers s’insurgent contre toute velléité du gouvernement tendant à régler de façon discriminatoire et isolée certains cas des agents contractuels de l’Etat en poste dans certains ministères dits privilégiés. A cet effet, le Collectif demande au Chef de l’Etat des échanges pour un règlement apaisé du différend. Pour rappel, Luc Alao a dit que c’est la décision du Conseil des ministres du 03 mai 2013 qui a décidé de la suspension des salaires et de la résiliation du Contrat de travail.

En S’adressant au Chef de l’Etat Boni Yayi pour son engagement à lutter contre le chômage, Luc Alao, a déclaré que « le peuple béninois a été unanime pour reconnaître que votre régime a battu le meilleur record, puisque l’effectif recruté en son temps tournait autour de dix neuf mille agents ». Si, poursuit-il, cette décision d’abrogation et de suspension de salaires venait à être exécutée, « elle déverserait dans les rues des centaines de milliers de Béninois qui ne pourront plus satisfaire aux cinq besoins fondamentaux de l’homme ».

E. A.