Skip to content
Vous etes sur la page:
Affaire tentative d’empoisonnement du Chef de l’Etat Boni Yayi: La décision de mise en délibéré de la Cour d’Appel ce jour PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 24/06/2013   
Lundi, 24 Juin 2013 07:11

Comme on devait s’y attendre, c’est ce jour lundi 24 juin que la Cour d’appel de Cotonou, saisie du dossier de tentative d’empoisonnement du Chef de l’Etat après la décision de non-lieu rendue par le juge Houssou, il y a quelques semaines, doit se prononcer sur la question... Plus que tout autre sujet, nombreux sont les Béninois qui attendent de connaître le dénouement de cette affaire d’Etat qui fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Après le tribunal de première instance et de première classe de Cotonou qui a décidé du non-lieu de l’affaire de tentative d’empoisonnement du Chef de l’Etat, Boni Yayi, il y a quelques semaines, la Cour d’Appel de Cotonou va quant à elle rendre sa décision ce lundi 24 juin à ce sujet. Au rappel, la partie demanderesse non satisfaite de la décision de non-lieu rendue par le juge Houssou quelques semaines plutôt avait contrattaqué et saisi la Cour d’appel pour trancher cette situation qui oppose depuis un bon moment, le Chef de l’Etat au richissime homme d’affaire Patrice Talon exilé en France.

La décision de mise en délibéré sera donc effective ce jour par la Cour d’appel qui est l’instance de second degré. Sa décision sera-t-elle différente de celle rendue par le juge Houssou ? On ne sait pas encore. Mais toujours est-il qu’elle se prononcera par rapport au sujet ce lundi. L’autre chose est de savoir si sa décision va permettre aux uns et aux autres protagonistes d’accorder leur violon ou si elle va plutôt les diviser à nouveau.

Toujours sur la même affaire, la Chambre d’accusation de Paris préalablement saisie de cette affaire, projette quant à elle de rendre sa décision en septembre prochain. Il y a quelques moments, elle avait demandé aux autorités béninoises plaignantes, de lui fournir d’avantage, des documents supplémentaires de preuves afin qu’elle puisse faire correctement son travail.

Précisons que dans ledit dossier, plusieurs présumés coupables sont encore actuellement gardés à la prison en attendant la décision finale des juridictions compétentes.

Justin EDIKOU