Skip to content
Vous etes sur la page:
Pour avoir subi de mauvais traitements de la part de la Police nationale: Le juge Angelo Houssou assigne le Dgpn et son adjoint PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matinal du 29/005/2013   
Mercredi, 29 Mai 2013 07:13

« Oui, j’ai porté plainte contre lui et toute sa bande devant le doyen des juges d’instruction pour abus de pouvoir, violences et voies de faits, arrestation et détention arbitraire de Magistrat », a déclaré au téléphone, le juge d’instruction du sixième cabinet du Tribunal de première instance de Cotonou, Angelo Houssou... Il a ainsi assigné le Directeur général de la Police nationale (Dgpn), Louis-Philippe Houndégnon, et son adjoint, Nazaire Hounnonkpè contre les traitements dont il a été victime de la part de la Police nationale, le 17 mai 2013, après la reddition deson ordonnance de non-lieu dans l’affaire supposée tentative d’empoisonnement du Chef de l’Etat. Il faut rappeler que quelques instants après sa décision, le juge Angelo Houssou se rendait au Nigeria pour y passer le week end, a-t-il dit. Mais, il a été arrêté à la frontière de Sèmè-Kraké par les forces de l’ordre et conduit à la Direction générale de la Police nationale où il y a passé la nuit du 17 au 18 mai 2013, après avoir subi des fouilles de ses bagages et de son véhicule. Le lendemain, il a été ramené à son domicile quadrillé par les agents de Police. Le juge d’instruction ne pouvait sortir que sur autorisation préalable du Dgpn et du Chef d’Etat-major général des armées. Aussi son passeport lui a été-t-il retiré, avant de lui être rétrocédé, quelques jours plus tard. Les traitements à lui infligés ont suscité la réaction de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab). Elle a donné des instructions aux Procureurs de la République près des tribunaux de Porto-Novo et de Cotonou d’interpeller les policiers et les commanditaires des actes dont le magistrat de siège a fait l’objet. En assignant le Directeur général de la Police nationale et son adjoint, Angelo Djidjoho Houssou est bien dans la logique de l’Unamab.

J. Y. M