Skip to content
Vous etes sur la page:
Contrôle de gestion: Branle-bas dans les mairies PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Adjinakou du 24/04/2013   
Mercredi, 24 Avril 2013 09:06

Depuis quelques semaines, le torchon brûle entre les maires et leur ministre de tutelle, qui a promis faire des déballages dans les médias au sujet de la gestion des fonds Fadec. Une situation qui a conduit les maires à se livrer d'avance à des “sorties” leur permettant de se défendre dans tel ou tel dossier. Les sorties du maire de Cobly et celui des Aguégués sont les dernières en date... Les conséquences qui découleront du bras de fer déclenché entre les maires du Bénin et leur ministre de tutelle ne seront pas faciles à gérer. En effet, c’estla question de la gestion financière et foncière dans les communes qui serait à la base de la brouille entre les deux parties. Le ministre de la décentralisation, Raphael Edou, dans le but de mettre un terme à l'opacité qui caractérise la gestion des maires, a mis sur pied en janvier dernier une commission nationale chargée de répertorier et de contrôler les réserves administratives et les parcelles disponibles dans certaines communes du Bénin. Les responsables de ce département gouvernemental avaient, à l'époque, justifié cette démarche par la nécessité de rendre transparentes les opérations de lotissement et de gestion des domaines de l'Etat. Ceci fait suite aux plaintes des citoyens et des responsables de l'administration qui faisaient état du détournement de milliers de parcelles, de parcelles fictives, d'opérations de recasements contestables, de rues entières morcelées pour en faire des terrains habitables avec l'approbation de certains élus locaux, ce qui est contraire aux dispositions en la matière. Selon les indiscrétions, 206 parcelles sont détournées dans une commune de l'Ouémé, au moins 3000 parcelles dans une localité de l'Atlantique. Le cas du détournement d'une partie d'une parcelle de 9504 mètres carrés, réservée au Ministère des enseignements maternel et primaire a motivé la prise de la décision gouvernementale. C'est dans ces conditions qu'il a été décidé par l'autorité, de l'interdiction du morcellement et de la vente des réserves dans certaines communes tandis qu'ailleurs, c'est la suspension pure et simple des opérations de lotissement qui a été décrétée.

Les maires remontés


Le vendredi 05 avril 2013, alors qu'ils étaient invités à une journée d'échange et de travail avec le ministre de la décentralisation à Bohicon, près de 73 maires sur les 77 que compte le Bénin ont boudé leur autorité de tutelle à l'ouverture des travaux en présence des hauts gradés de l'armée béninoise. Cet atelier devrait être une tribune consacrée aux questions de sécurité dans les communes. En réalité, cette attitude des maires montre qu'il existe un malaise au sein des communes. Ce qui fait grincer les dents, ce sont les nouvelles initiatives de bonne gouvernance. On peut donc comprendre qu'ils avaient la peur au ventre suite à l'audit commandité sur la gestion des fonds Fadec (Fonds d'appui au développement des communes). S'il est vrai que certains maires ne sont pas d'accord avec la méthode du ministre Raphaël Edou, ce n'est pas pour autant raisonnable de bafouer l'obligation de rendre compte de sa gestion.

A chacun sa défense !


Plusieurs maires, de retour de Bohicon, ont cherché des voies et moyens pour s'expliquer sur tel ou tel dossier relevant du ressort de sa compétence administrative. Entre autres, le maire d'Abomey-Calavi, dans le département de l'Atlantique, a laissé le soin de sa défense aux cadres de la commune qui ont rejeté en bloc les allégations de certaines Ong faisant état d'une mauvaise gouvernance à la mairie d'Abomey-Calavi. Il s'est agi pour les cadres de la commune de rétablir la vérité suite à la sortie médiatique de ces Ong. Des réponses aux questions liées entre autres à l'achat du véhicule Chrysler, aux travaux de lotissements dans la tranche C, à l'ouverture de compte à Diamond Bank, au morcellement de réserves administratives… ont été apportées à l'opinion publique.

A Cobly, dans le département de l'Atacora, ce sont les populations de la Commune qui sont montées au créneau dimanche, suite à la publication par une certaine presse d'une information sur l'acquisition d'une niveleuse à grand frais au profit de leur localité. Elles ont, à travers une conférence de presse, exprimé leur indignation par rapport à la cabale montée contre le maire de la Commune de Cobly, Dominique Y. Sambiénou. " L'acquisition d'une niveleuse à 195 millions de francs Cfa au profit de la commune de Cobly est une fausse information ", soutiennent ces populations.

Au cours d'une conférence de presse, les jeunes au service du développement des Aguégués ont critiqué, eux, la gestion des Fonds Fadec par leur maire James Degbo. Ce dernier a balayé d'un revers de la main, toutes les récriminations faites par ces jeunes. Selon lui, c'est ce qui se passe généralement à l'approche des élections. Au sujet de la gestion du fonds Fadec, il reconnait qu'elle est collégiale.

Ces réactions des maires montrent l'existence d'un sérieux malaise qu'il y a lieu de comprendre avant de donner raison à tel ou tel camp. De toutes les façons, c'est sur le bilan de fin de mandat que les maires seront jugés et ceci va peser de tout son poids lors des prochaines élections communales reportées, et dont la date est encore un mystère.

Gathum Gbaguidi