Skip to content
Vous etes sur la page:
Concours de recrutement/Ministère des Finances: L’U.N pose 8 questions au Gouvernement PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La Tribune de la Capitale du 26/03/2013   
Mardi, 26 Mars 2013 07:29

C’est ce lundi 25 mars 2013, jour d’ouverture de la 2ème session extraordinaire de l’Assemblée nationale pour le compte de l’année 2013, que les députés de l’alliance l’Union fait la Nation, ont choisi de demander des comptes au Gouvernement au sujet des derniers concours organisés pour le compte du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF)... Ainsi, Eric HOUNDETE,  Lazare SEHOUETO, Léon Comlan AHOSSI, Ange Marie Bruno AMOUSSOU, Ladekpo Sefou FAGBOHOUN, Antoine IDJI, Louis VLAVONOU, Gabriel TCHOCODO, en application de l’article 106 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, ont demandé au Gouvernement de fournir à la Représentation nationale les réponses aux préoccupations soulevées dans les questions orales avec débat ci-dessous.

Francis Z. OKOYA


QUESTIONS ORALES AVEC DEBAT AU GOUVERNEMENT

Les derniers concours organisés pour le compte du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF) ont révélé des situations inquiétantes pour les populations.
Or, conformément à l’article 15 de la loi portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin, « le recrutement, la promotion et la mise à la retraite des agents publics doivent reposer sur des critères objectifs et sur les principes d’efficacité, de transparence et de non discrimination ».
Depuis la publication du communiqué n°49/ MTFP/DC/ SGM/ DGFP/DRAE/STCD/ SA du 31 décembre 2012 par le Ministre du Travail et de la Fonction Publique, publiant les résultats des concours de recrutement des 432 Agents Permanents de l’Etat, au profit du Ministère de l’Economie et des Finances, des soupçons de tripatouillages pèsent sur l’organisation et la crédibilité dudit concours. Les irrégularités abondamment dénoncées par la presse nationale, les organisations de lutte contre la corruption et les candidats eux-mêmes, ont provoqué de profonds émois au sein des populations, confortant la conviction établie au sein de l’opinion depuis quelques années, que plus aucun concours d’entrée à la fonction publique n’est juste ni transparent.
En application de l’article 106 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, il est demandé au gouvernement de fournir à la Représentation nationale les réponses aux préoccupations ci-après :

1- Quelles dispositions ont été prises pour assurer les meilleures conditions d’organisation desdits concours?
2- De quelle manière les dispositions de l’article 15 de la loi portant lutte contre la corruption sont-elles rigoureusement respectées dans l’organisation desdits concours de recrutement ? Nous indiquer, preuve à l’appui, les mesures concrètes prises.
3- Pourquoi des noms de plusieurs candidats, dont les dossiers régulièrement déposés ne figurent ni sur la liste des dossiers rejetés, ni sur celle des dossiers refusés ?
4- Qu’est ce qui justifie l’existence de plusieurs listes d’admissibilité?
5- Quelles sont les mesures prises par le gouvernement pour sanctionner les responsables qui ont falsifié le communiqué annonçant les résultats du concours ?
6- Quelles sont les raisons qui justifient l’obstruction faite à l’OLC qui a été empêchée d’accéder aux feuilles des candidats?
7- A quelles conditions (lieu, calendrier, organisation) les députés ou autres personnalités membres des organisations de lutte contre la corruption, désireux d’accéder aux copies des candidats, peuvent-ils y parvenir dans les meilleurs délais ?
8- Quelles sont les dispositions qu’envisage le gouvernement pour rendre l’organisation des Concours plus transparent et moins sujet à caution ?

Fait à Porto-Novo, le 25 mars 2013
Ont signé :
HOUNDETE Eric
SEHOUETO Lazare
AHOSSI Léon Comlan
AMOUSSOU Ange Marie Bruno
FAGBOHOUN Ladekpo Sefou
IDJI Antoine
VLAVONOU Louis
TCHOCODO Gabriel