Skip to content
Vous etes sur la page:
Délocalisation du parc d’attraction à Porto-Novo: Les conseillers PRD ont fait un forcing hier PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matinal du 28/02/2013   
Jeudi, 28 Février 2013 08:16

A la faveur d’une session extraordinaire tenue dans la salle de délibération de la mairie de Porto-Novo hier mercredi 27 février 2011, les conseillers municipaux ont autorisé la délocalisation du parc d’attraction d’Adjina vers le site de Dowa. Mais avant, il a fallu d’intenses débats autour de la pertinence de cette délocalisation du parc d’attraction… La communication relative à la construction d’un jardin public financé par la Boad sur le terrain de Dowa dans le 5è arrondissement a provoqué l’ire des conseillers Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). En dépit des réserves émises par ceux- ci, leurs collègues d’en face à savoir le PRD, par le mécanisme de la majorité ont réussi à transformer ce don d’un parc d’attraction de la Boad en un don de construction de jardin public. Intervenant, le conseiller Fcbe Mohamed Adjilèyè dit ne pas comprendre par quelle alchimie le maire et ses acolytes sont arrivés à transformer ce projet. Il s’est interrogé sur les tractations de mutation de ce projet sans l’avis de ses pairs. Qu’adviendrait-il des études faites par la Boad sur le premier site ? A qui incombe l’incidence financière d’une nouvelle étude sur le site de Dowa ? Où se trouve le levé topographique dudit site. Ce sont autant de préoccupations des conseillers Fcbe auxquelles ceux du Prd ont tenté d’apporter des clarifications. Il faut dire que les conseillers Prd n’ont pas pu rassurer leurs collègues d’en face sur les motivations du changement de site sans l’avis du conseil municipal. Mieux, la ville doit faire face à de nouvelles dépenses pour faciliter l’étude de faisabilité quant à cette nouvelle donne, a expliqué le maire Moukaram Océni. Pour le conseiller Prd François Ahlonsou, il n’y a plus de clair obscur sur ce projet, étant entendu que la Boad a marqué son accord pour le financement d’un jardin public à Porto- Novo d’un coût de 398 millions. A la suite des débats, ils ont décidé de passer la communication au vote malgré les inquiétudes des autres conseillers Fcbe Moussibaye Padonou, Sanda Pierre et Bernard Dossou. Etant minoritaires, les conseillers Fcbe n’avaient qu’à leur quitus au projet en dépit des insuffisances relevées. Entre autres recommandations, il faut noter qu’un appel sera fait aux entreprises locales existantes uniquement à Porto- Novo pour soumissionner. Sur ce point, le conseiller Adjilèyè a relevé une ségrégation des entreprises. Pour lui, il faut donner la possibilité à toutes les entreprises du Bénin de soumissionner.

Thobias Gnansounou Rufino
(Br Ouémé/Plateau)