Skip to content
Vous etes sur la page:
Brouille entre les Ordres de professionnels de Santé et leur Ministère de tutelle: Vers la dénonciation de l’irrespect des textes en vigueur PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 27/02/2013   
Mercredi, 27 Février 2013 11:07

Des membres des différents ordres de professionnels de la Santé ont tenu une conférence de presse le mardi 26 février dernier au Codiam à Cotonou. La détérioration des liens de collaboration entre la ministre de santé et ces derniers a été le sujet principal de la rencontre... Les protestataires qui estiment que cette atmosphère de mésentente est la résultante du comportement de leur ministre de tutelle contraire  à la réglementation en vigueur, ont choisi la voie de la sagesse pour la ramener à l’ordre et mettre fin à la crise.

Entre les ordres professionnels de santé du Bénin et leur ministère de tutelle, Dr Dorothée Kindé Gazard, ce n’est plus la lune de miel. C’est plutôt du fiel. C’est en tout cas, ce que révèle la rencontre que les premiers composés de pharmaciens, médecins, sages-femmes, et autres  ont eu à faire avec la presse. Suivant leurs explications, ces derniers dénoncent la manière singulière  avec laquelle, la ministre de la Santé veut procéder à «une révision intempestive et mal inspirée de la loi 97-020 du 17 juin 1997 relative à l’exercice en clientèle privée des professionnels médicaux et paramédicaux au Bénin, qu’ils qualifient, de tentative sordide». Se considérant collaborateurs naturels et conseillers du ministère de la santé, le président de l’Ordre national des médecins du Bénin, Dr. Soulé Daouda et sa suite ont indiqué avant tout, ne pas vouloir faire le procès de qui que ce soit. Pour le Dr Soulé Daouda, les textes prévus par la loi 97-020 du 17 juin 1997 ont été obtenus à l’issue d’un dur labeur. Ce qui a permis la mise en place d’une Commission technique, selon l’arrêté N° 2723/MSP/DC/SGM/DNPS. Une commission chargée de l’étude des demandes d’autorisation, d’exercice en clientèle privée et d’ouverture d’établissements sanitaires pour les professions médicales et paramédicales après avoir fait un historique de la loi. Pour Soulé Daouda, une révision des textes ne serait pas la bienvenue sans que ladite Commission technique n’y procède à l’étude en session. Or, ce n’est pas ce que la ministre fait. Avant de revenir sur le même aspect de révision des textes, Dr. Moutiatou Tidjani Toukourou, présidente de l’Ordre des pharmaciens du Bénin, a déploré la banalisation des actes de la ministre, les menaces, les injustices, les abus dont sont victimes des membres de l’Ordre professionnel de santé. Pour elle, la discorde entre les Ordres professionnels de santé et la ministre s’explique par un contentieux autour d’une société étrangère qui veut opérer au Bénin. Or, ladite société n’est pas en règle avec les dispositions en République du Bénin. C’est ce qui sous-tend, confie-t-elle, la précipitation de la ministre de la Santé autour de la révision des textes. Pour elle, la manière adoptée par la ministre n’est pas bonne. « Nous devons évaluer cette loi, 97-020 du 17 juin 1997. Ce qui permettra de juger les faiblesses de la loi et en plus corriger ce qui l’est », propose Dr. Moutiatou Tidjani Toukourou comme méthode. Ce qu’elle appelle une méthode axée sur la qualité à l’ère de la bonne gouvernance.  Car, souligne-t-elle, il ne sert à rien de corriger une loi et se retrouver 20 ans en arrière. À cet effet, elle a demandé à la ministre de ne pas se laisser influencer par des mauvais conseillers qui ne veulent pas qu’elle accomplisse mieux son travail. Elle a invité la ministre à sortir de ce carcan pour qu’ils travaillent en communion. Car, ajoute-elle, la ministre Dorothée Kindé Gazard, doit les accompagner à faire respecter les textes. La Secrétaire générale de l’Ordre des sages-femmes, Lawrence Montero a aussi convié la ministre à l’apaisement des relations entre elle et les Ordres professionnels de Santé. Ceci, dans le respect les textes régissant les différentes professions de santé. Elle a suggéré à cette dernière de régler les problèmes des Ordres des professionnels de santé en solo et ceux des syndicats en apartheid. Autrement dit, qu’elle dissocie les Ordres professionnels de santé des syndicalistes, lors des règlements des contentieux. Les Ordres professionnels de santé sont des institutions de la République chargées de conduire aux côtés du ministère de la santé, la réglementation de l’exercice médical et pharmaceutique.

E.A.