Skip to content
Vous etes sur la page:
Mise en conformité de la loi corrective de la Lépi: Vers des élections pacifiques et plus crédibles PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 31/01/2013   
Jeudi, 31 Janvier 2013 02:22

Les prochaines joutes électorales de 2013 ont probablement la chance de connaître moins de difficultés et de remous sociopolitiques comme à l’accoutumée. Ce gage d’une organisation pacifique du scrutin est rendu possible par la mise en conformité de la loi corrective de la lépi. Chose dont l’absence a failli basculer le pays dans une crise sociopolitique lors des élections présidentielles et législatives de 2011. C’est sans doute un bon départ pour les communales, municipales et locales prochaines de 2013...

 

S’il y avait une chose qui faisait penser à un bouleversement dans l’organisation et la tenue des prochaines élections communales, municipales et locales, c’est bien la situation de la Liste Electorale Permanente Informatisée, (Lépi). Cette liste qui manquait de consensus entre les acteurs politiques et autres quant à sa fiabilité et sa crédibilité, était perçue comme un mauvais signe, voire un véritable danger pour les élections prochaines si rien n’est fait pour la corriger. En 2011, pendant les dernières élections, les mêmes motifs d’absence de crédibilité et de fiabilité de cette fameuse liste avaient failli amener le pays vers  des situations graves. Elle avait été utilisée en dépit des contestations et après plusieurs reports de la date du scrutin pour éviter au pays de s’enliser. C’est pourquoi le manque d’initiative pour la corriger ainsi que le silence de certaines autorités responsables, il y a quelques mois, avait fait penser à plus d’un, le pis. Certains pensaient même déjà que les élections de 2013 seront plus à craindre que celles de 2011. Cela est bien vrai puisque certains leaders de partis politiques qui estimaient que l’usage de cette liste jugée incomplète et bâclée n’ont apparemment pas fini de ruminer leurs colères. Ces derniers continuent de soutenir que si leurs candidats avaient échoué à ces élections, c’est bien à cause de la fraude que cette liste incomplète aurait occasionné au bénéfice de leurs adversaires au pouvoir. Ce qui n’est pas assurément prouvé. De toute façon, ceux qui avaient jugé maladroite l’utilisation de la liste en question en 2011 avaient effectivement des griefs contre le silence qu’il y avait il y a quelques temps autour de ce dossier Lépi. Beaucoup se demandaient si c’était avec la même liste que les électeurs iront voter prochainement. Heureusement, à un moment donné, la date du scrutin a été repoussée puis le processus de correction de la liste a été enclenché. Lequel processus vient d’aboutir à la mise en conformité par rapport à la Constitution de la loi corrective portant sur cette liste.

Sans doute, cette avancée dans l’organisation des élections est un nouveau vent pour garantir une ambiance apaisée lors du prochain scrutin. Autre chose qu’il convient de retenir est que cette avancée est bien consensuelle et ne saurait faire à nouveau l’objet de polémique entre les acteurs. Le code électoral dont les actions afférentes ont démarré déjà au parlement constitue l’autre machine qui vient réglementer l’organisation et la bonne tenue du scrutin.

Justin EDIKOU