Skip to content
Vous etes sur la page:
A propos de la condamnation de Me Lionel Agbo pour offense au chef de l’Etat : Le Parti Communiste du Bénin appelle à la protestation PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 29/01/2013   
Mardi, 29 Janvier 2013 23:10

Suite à la condamnation de Me Lionel Agbo le mercredi 23 janvier 2013, le Parti Communiste du Bénin s’est prononcé ce lundi 28 janvier 2013. Dans un communiqué  rendu public, Philippe Noudjènoumè et les siens ont dénoncé le verdict rendu par le tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Ils appellent les démocrates à protester contre la condamnation de Me Lionel Agbo, et à exiger la libération immédiate de ses proches...

Après 4 mois de procès, le tribunal de première instance de première classe de Cotonou sous la présidence du juge Togbonon et du procureur de la République Justin Gbénamèto, a condamné, le mercredi 23 Janvier dernier, l’ancien conseiller spécial du président Boni Yayi, Me Lionel Agbo, à 6 mois de prison ferme pour offense au chef de l’Etat. Les faits remontent au mois de septembre 2012, quand,  lors de son intervention télédiffusée sur la chaîne Canal3 Bénin, Me Lionel Agbo aurait tenu des propos graves à l’encontre du chef de l’Etat. «Le président de la République aurait sanctionné certains de ses proches collaborateurs et aurait laissé d’autres dans l’affaire de corruption dans le cadre du dossier du port sec de Tori-Bossito, a-t-il laissé entendre. Malgré qu’il ait démenti avoir tenu de tels propos à l’endroit du Président de la République, la justice a rendu son verdict, le condamnant à six mois d’emprisonnement ferme. Cette situation n’a pas manqué de susciter des  réactions  dans l’opinion publique. C’est le cas par exemple  du Parti communiste du Bénin qui est sorti de son mutisme. Dans un communiqué rendu public ce lundi 28 janvier 2013, il n’a pas hésité à afficher sa colère. « Me Lionel Agbo a été condamné pour avoir parlé. Mais ce qui fait mal au peuple, ruine le pays et tue l’espoir de la jeunesse. Ce ne sont pas les propos aussi véhéments ou vigoureux soient-ils envers le chef de l’Etat et sa politique. Ce qui fait mal au pays et hypothèque l’avenir de la jeunesse, seraient les tripatouillages des concours de l’Etat, le brigandage des derniers publics, les éléphants blancs qui jalonnent le territoire, les turbines qui explosent; etc.  », martèlent les ténors de cette formation politique. Le Pcb s’est indigné de la situation que traverse le Bénin d’aujourd’hui. Tant  les problèmes s’accentuent et règnent en maître, Philippes Noudjènoumè et les seins estiment  que : « Ce qui finira par ensevelir le pays  et le peuple, c’est le silence et la tolérance à propos de ces problèmes au sommet de l’Etat ». Pour le PCB, le Bénin a besoin d’hommes de paroles fortes et véhémentes contre les maux politiques et actes qui le ruinent. Ils sont également revenus sur l’injustice à Natitingou qui serait en train de s’abattre sur les militants et sympathisants du comité de développement qui ont forcé à la réalisation d’un minimum des promesses faites pour le 1er août 2011. C’est pour cette raison qu’ils appellent les démocrates à protester contre la condamnation de Me Lionel Agbo et à exiger la libération immédiate de ses proches, à lutter pour la libération des détenus de Natitingou et à s’engager dans les actions déterminées ».   

Louis TOSSAVI