Skip to content
Vous etes sur la page:
Affaire tentative d’empoisonnement du chef de l’Etat: Des citoyens toujours confus PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 10/12/2012   
Lundi, 10 Décembre 2012 07:00

Après plusieurs mois d’agitation autour de l’affaire tentative d’empoisonnement du Président Boni Yayi, des citoyens continuent d’être embarrassés. Faut-il croire qu’il y a réellement des gens qui ont voulu porter atteinte à la vie du chef de l’Etat ou se dire que ce n’est qu’un montage et passer l’évènement dans l’oubli ? Rien n’est jusqu’à présent clair dans la tête de certains citoyens...
S’il y a des Béninois ou autres personnes auxquels nous allons nous intéresser, ce n’est pas ceux qui ont la ferme conviction qu’on veut tuer le président Boni Yayi. Ce n’est pas non plus, ceux qui disent et croient que cette affaire est un pure montage et défendent la cause de Patrice Talon. Puisque ces deux catégories de personnes ont déjà une position claire sur cette affaire et rien au monde ne peut venir leur faire changer d’avis.

Mais une autre frange de citoyens ou de personnes pourrait retenir notre attention. Il s’agit des gens qui, plusieurs mois après les bruits et les agitations suscités par cet évènement, se posent toujours des questions et veulent vraiment connaître la vérité. Talon a-t-il eu l’intention de poser un tel acte et est-il passé réellement à l’action ou c’est plutôt de l’autre côté qu’on manipule pour des raisons inavouées ?

Tout est mélangé et la confusion persiste au niveau de cette dernière catégorie de personnes qui se demandent qui de Yayi et de Talon, dit la vérité ?  Ils ont peut-être raison et dans ce cas il vaut mieux adopter la position de certaines personnes qui ont gardé des réserves par rapport à cette affaire. C'est-à-dire garder une position neutre et éviter de banaliser l’affaire, de dire que c’est un règlement de compte et que le chef de l’Etat veut la peau de son adversaire Talon. C’est d’éviter aussi de prendre position pour Talon et de tirer des conclusions hâtives en affirmant qu’il est victime de montage et que ce n’est qu’un prétexte pour l’abattre.

Il est donc trop tôt de tirer des conclusions. Qu’une procédure soit engagée sur cette affaire au Bénin comme à l’étranger, nous avons tous le devoir de rester sereins et de laisser la justice faire son travail, pour la manifestation de la vérité. La pression est actuellement trop forte et on a comme l’impression que certains cherchent à devancer la justice pour faire accepter leur position pendant que d’autres continuent de s’interroger sur l’issue ou la finalité de cette troublante affaire.

Euloge R. GANDAHO