Skip to content
Vous etes sur la page:
Affaire Icc-Services: Une fin douloureuse pour les victimes PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 04/12/2012   
Mardi, 04 Décembre 2012 07:19

La déception était grande au niveau des épargnants quand on leur a annoncé que le Gouvernement ne prend pas la responsabilité de payer ou de rembourser les fonds qu’ils ont déposés dans les structures illégales de placement d’argent ICC-Services. Mais aujourd’hui avec  la libération des responsables de Icc-services, les épargnants ont perdu tout espoir de récupérer leurs sous...
Il n’y a pas plus grand-chose ou rien à espérer si l’on s’en tient aux dernières nouvelles sur l’affaire ICC-Services. Nouvelles qui plongent davantage les épargnants spoliés dans la tristesse et le désespoir. La justice vient de libérer certains responsables impliqués dans cette vaste escroquerie. A cette allure, tous les autres aussi finiront par être libérés. Ce serait une fin douloureuse et l’affaire ICC-Services passera à l’oubli ou restera dans l’histoire. C’est vrai que beaucoup n’attendait plus une issue favorable pour cette affaire. Depuis que le Gouvernement a dégagé sa responsabilité puisque contrairement à ce que réclamaient les épargnants spoliés, le Président Boni Yayi n’entendait pas endosser les responsabilités en engageant son pouvoir dans ce piège sans fin. En effet, c’est énorme ou inouï le montant des sommes dues aux épargnants estimés à plusieurs milliards de  francs CFA. Leur seule chance et leur dernier espoir, c’est que la justice béninoise en charge du dossier puisse condamner les coupables et leur faire rembourser les sommes dues. Malheureusement, les choses ne se passeraient  pas de cette manière. On se rend compte que tout va plutôt en faveur des responsables de cette affaire à qui la justice donne progressivement raison. Après la justice, que reste-t-il ? On peut donc commencer par dire que l’affaire ICC-Services est entrain de connaître ainsi son dernier épilogue. C’est vraiment triste et on n’a pas à s’en réjouir mais on doit plutôt compatir avec les victimes qui devront tirer leçon de leur naïveté et de leur imprudence.

Euloge R. GANDAHO