Skip to content
Vous etes sur la page:
Après l’échec des négociations gouvernement- syndicats: La Cstb confirme sa grève pour demain PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 03/12/2012   
Lundi, 03 Décembre 2012 07:18

Les membres de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) s’étaient réunis en assemblée générale élargie  le jeudi 22 novembre 2012 à la Bourse du travail. A l’issue de cette Ag, d’importantes décisions avaient  été prises dont une grève de 48h qui démarre  demain  4 décembre 2012. Joint hier au téléphone, le secrétaire général adjoint de la Cstb, M. Paul Essè Iko a confirmé que le mouvement aura lieu...
Comme prévu la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin sera en  grève à compter de  demain 4 décembre 2012. C’est une grève d’avertissement de 48h  renouvelable sur toute l’étendue du territoire national.  Le secrétaire général adjoint de ladite confédération l’a confirmée hier. Paul Essè Iko a rappelé ce qui constitue la pomme de discorde entre les travailleurs et le gouvernement. Il s’agit notamment de « l’échec des négociations gouvernement-syndicats, la défalcation sur salaire qui constitue une violation de la loi 2001-09 du 21 juillet 2002 qui stipule  en l’article 25 qu’il ne peut pas y avoir de défalcation  si la grève est observée pour des droits acquis. A ces deux points il faut ajouter le non satisfaction des arriérées de salaires de certains enseignants qui varient de 10 à  54 mois,  la revalorisation de la fonction enseignante et la privation des libertés ». Déjà le vendredi 30 novembre 2012, une caravane  a été organisée sur le ministère de la fonction publique pour protester contre la non satisfaction des revendications. Paul Essè Iko appelle toutes les associations syndicales affiliées à la Cstb  à se mobiliser pour que les mouvements soient respectés dans tout le pays. A en croire ses explications, le gouvernement n’a rien fait jusque là pour reprendre le dialogue. C’est face à ce silence de l’exécutif que les travailleurs ont décidé de mettre le pied sur l’accélérateur. C’est peut-être le début d’une série de mouvements de débrayage en perspective.

Louis TOSSAVI