Skip to content
Vous etes sur la page:
Négociations Gouvernement-syndicats: Yayi et Koupaki déterminés à trouver une solution à la crise PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matin du 26/11/2012   
Lundi, 26 Novembre 2012 07:13

Les négociations Gouvernement-Syndicats ont pris fin il y a quelques  jours sans un accord concret. Les deux parties se sont quitté dos à dos après plus cinq jours de discussions. Le gouvernement aurait fait savoir aux leaders syndicaux qu’il n’a pas les moyens pour satisfaire leurs revendications... Par ailleurs, il aurait refusé de rétrocéder les retenues faites sur les salaires des enseignants grévistes. Les syndicalistes eux aussi n’entendent pas démordre. Des centrales syndicales dont la confédération syndicales des travailleurs du Bénin (Cstb) appellent  à la grève ; ce qui suscite déjà des inquiétudes dans le rang des parents d’élèves. Les mouvements de grèves de l’an dernier ont eu d’énormes  conséquences sur les résultats de fin d’année que les parents d’élèves ne veulent plus revivre le même scénario. Mais, ils  doivent  rester sereins. Le président de la République Boni Yayi et son  Premier ministre, chargé de la coordination de l’action gouvernementale, de l’évaluation des politiques publiques, de la dénationalisation et du dialogue social, Pascal Irénée Koupaki   se disent confiants et déterminés à trouver une  solution définitive à cette crise.

L’éducation est un sujet qui tient beaucoup à cœur au premier magistrat et à son Premier ministre. Ils ne voudront pas laisser l’avenir des citoyens de demain que sont les enfants d’aujourd’hui hypothéqué par des grèves sans cesse. L’actuel locataire de la Marina a même souligné dans l’un de ses discours qu’il ne veut plus voir des enfants circulés dans les rues à longueur de journée. Leur place sont dans les écoles avait-il dit. C’est la preuve  que Boni Yayi veut faire de l’éducation, le socle du développement de la nation. A ses côtés se trouve quelqu’un qui a souvent réussi à désamorcer les crises de part son dynamisme, sa  compétence et sa capacité à négocier. Le Premier ministre Pascal Irénée Koupaki compte multiplier les efforts et mettre en place les stratégies nécessaires pour passer à la vitesse supérieure les jours à venir afin d’éviter une année scolaire très mouvementée aux écoliers béninois.

Louis TOSSAVI