Skip to content
Vous etes sur la page:
Patrice Talon demande l’asile politique en France PDF Imprimer Envoyer
Écrit par 24 H au Bénin du 21/11/2012   
Mercredi, 21 Novembre 2012 09:14

Craignant pour sa sécurité, Patrice Talon a quitté Cotonou en catimini il y a quelques mois. Dans un premier temps il a séjourné aux Iles Seychelles avant d’atterrir en France où il a fini par déposer une demande d’asile politique près de l’OFPRA... C’est à la préfecture de l’Île de France, préfecture de Paris que le dossier de l’homme d’affaires béninois fut transmisLe lundi dernier sa première audition a eu lieu en compagnie d’un de ses avocats.

Il sonnait 10heures quand la voiture de marque Bentley à bord de laquelle se trouvaient monsieur et madame Talon s’est immobilisée à la préfecture de Paris. Après les civilités d’usage, l’homme d’affaires a été conduit dans une salle pour être auditionné par un comité de quatre personnes.

Au cours de son entretien avec les autorités de la préfecture de Paris, Patrice Talon a eu à expliquer les raisons profondes de sa demande d’asile. Au terme de sa plaidoirie qui a duré environ 45mn, l’ex bras financier des Fcbe au pouvoir aurait laissé un mémorandum très embarrassante d’une trentaine de pages à ses interlocuteurs.

Un récépissé lui fut ensuite remis. De sources proches du dossier, dans un délai de trois mois au maximum, le roi du coton au Bénin sera fixé sur son sort.

Plusieurs raisons plaident en sa faveur. Il détient une carte de résident permanent en France, Il est également parent de citoyens français (ses enfants) et n’est pas assujetti à une prise en charge du budget français.

Outre ces facteurs, c’est le degré d’implication de l’homme d’affaires dans les arcanes du pouvoir politique au Bénin qui justifie les représailles politiques dont il pourrait éventuellement être victime.

Selon les spécialistes, eu égard à tous ces éléments et en vertu de la convention de Genève et des traités européens, le droit d’asile politique sera d’office accordé à Patrice Talon.

En conséquence, c’est l’image du Bénin perçu comme un pays phare de la démocratique en Afrique qui prend un coup.

A suivre

Judicael ZOHOUN