Skip to content
Vous etes sur la page:
Droit de réponse du gouvernement béninois sur RFI PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Afrika7 du 30/10/2012   
Mardi, 30 Octobre 2012 09:25

Ainsi qu'Afrika 7 l'annonçait ce lundi soir, le gouvernement béninois a très peu apprécié l'intervention de M. Patrice Talon, recherché par la justice béninoise dans l'affaire du complot présumé visant l'empoisonnement du président Yayi Boni. Nous vous offons ici la quintescence du droit de réponse exercé par le ministre béninois de l'Intérieur auprès de Radio France Internationale...
Bonjour Monsieur le Journaliste,

Permettez-moi de revenir point par point sur ce qu’a dit Monsieur Talon sur votre chaîne :

1. Prétendu soutien à la Révision de la Constitution :
Je rappelle seulement, que déjà en 2007 au lendemain de son élection, le Président YAYI Boni a mis en place une équipe de Hauts Juristes comprenant le Professeur HOLO, Maître Dossou et autres et à leur installation, le Chef de l’Etat a martelé les points qui ne sont pas à toucher à savoir : le nombre des mandats et la limitation de l’âge.

Ce comité ad ‘hoc devrait s’occuper de la constitutionnalisation de la Cour des comptes pour une meilleure gouvernance, de la CENA pour une meilleure autonomie et des dispositions pour mieux lutter contre les crimes économiques.

La position du Chef de l’Etat par rapport à la révision de la Constitution a été maintes fois confirmée à de nombreux Chefs d’Etat (Bush, Sarkozy, Obama et F. Hollande) et à une dizaine de chefs d’état lors de son investiture en 2011 et même au Pape Benoît XVI au cours de sa récente visite au Bénin.
Vous convenez avec moi qu’il s’agit de mensonge grotesque que de vouloir prêter d’autres intentions au chef de l’Etat.

2. Le Coton :
Depuis 1999, cette activité a été cédée à M. Talon avec des résultats qui ne sont pas à la hauteur de l’attente du Bénin, pour qui le Coton est un élément déterminant de la croissance.
En dépit de plus onze millions (11.000.000) d’euros de subventions à la filière par l’Etat, la production est tombée à son plus bas niveau en 2011 et face à la crise de confiance entre M. Talon et les producteurs, le Gouvernement a pris ses responsabilités à cette campagne 2012. Avec l’implication personnelle du Président de la République et de ses ministres, le Bénin atteindra une production record depuis les indépendances qui va aller au-delà de 450.000 tonnes.
Après cette expérience fructueuse, le Gouvernement entend mettre en œuvre des réformes pour une meilleure gestion de la filière de Coton qui passe par le zonage comme dans d’autres pays africains pour qu’il ait concurrence et forcément meilleure productivité.

3. Le PVI
Le Gouvernement a mis fin au contrat avec l’opérateur béninois pour faux et usage de faux conformément aux dispositions du code des marchés publics au Bénin.

4. Harcèlement contre l’opérateur économique
Il n’en est point. Aujourd’hui tous les béninois connaissent le mode de fonctionnement du Chef de l’Etat dans la lutte contre la corruption et la mauvaise gouvernance, pour preuve depuis l’indépendance de notre pays, le Président Boni YAYI a été le premier Chef d’Etat à traduire cinq (5) de ses ministres devant la Haute Cour de Justice ; le Premier à demander que l’immunité parlementaire de deux députés de sa majorité soit levée ; le Premier à limoger indistinctement ses proches ; les cas de ces dernières semaines en sont l’illustration.

5. Le soutien aux élections
Qu’il apporte la preuve de ce qu’il a remis un seul centime au Chef de l’Etat. Si l’argent pourrait faire élire un Président, à coup sûr il ne s’agira pas du Président YAYI, qui lui a été un choix fait par le peuple béninois sur la base de sa valeur d’homme intègre et de sa rigueur dans la gestion de la chose publique comme il l’a si bien démontré depuis la BOAD. Faire de telles affirmations selon lesquelles, seul l’argent peut élire, est une insulte au peuple béninois.

6. Dossier assassinat
Le dossier est pendant devant la justice et au vu de ce que les trois prévenus ont avoué au juge avec force détails, c’est que Monsieur Talon est bel et bien le commanditaire de l’opération. Comment ces trois personnes pourraient être manipulées par le Président de la République pour jouer un tel rôle. Monsieur MOUDJAIDOU est le bras droit de Monsieur Talon et directeur de la SODECO, Monsieur Cissé est le Médecin particulier du Président de la République et Commandant Militaire de son état.

La troisième, la propre nièce du Chef de l’Etat, qu’il a manipulée sur tous les plans et permettez-moi de ne pas tout dire sur votre chaîne. Au lieu de nier l’évidence, je voudrais lui demander de faire confiance à la justice de son pays et qu’il vienne apporter sa part de vérité et qu’il dise pourquoi, lui et ses compères ont reçu en privé la nièce du Président de la République aux USA et en Belgique, pourquoi suivent-ils tous ses voyages depuis plusieurs semaines. Nous sommes dans un Etat de droit, où notre justice est indépendante au nom de la séparation des pouvoirs, pour preuve, je ne sais même pas qui est le juge qui a délivré le mandat d’arrêt encore moins le Président de la République.

Parler de canular, est suffisamment grave et une insulte à la conscience des Béninois. Mieux les trois ont donné des informations suffisamment graves sur les différents schémas de déstabilisation :

- L’explosion de l’avion du Chef de l’Etat par des drones ;
- Le recrutement de commandos pour déstabiliser le Bénin.

Je voudrais pour finir, dire encore une fois que le Président Boni YAYI n’a pas d’amis, ni de frères, ni de parents quand il s’agit de l’intérêt général. Car pour lui le seul combat qui vaille est celui qui concourt à l’amélioration des conditions de vie des béninois dans leur grande majorité. Il ne saurait donc être question pour lui de favoriser des intérêts particuliers, égoïstes au détriment de son peuple.