Skip to content
Vous etes sur la page:
Affaire assassinat du juge Séverin Coovi à Parakou : Deux chauffeurs de Rachidi Gbadamassi provisoirement libérés PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Le Matinal du 13/04/2012   

Après plus de 7 ans de détention préventive à la prison civile de Parakou, deux chauffeurs de l’ancien maire de Parakou Rachidi Gbadamassi ont recouvré provisoirement leur liberté. Soupçonnés au même titre que leur patron dans l’assassinat du juge Sévérin Coovi, ils ont été libérés vendredi 6 avril 2012, après paiement d’une caution de 200 000 F Cfa chacun...

Sept années de détention ! C’est le temps passé par les sieurs Alassane Soulé et Mohamed Waibi derrière les barreaux de la Maison d’arrêt de Parakou. Ils ont été finalement remis en liberté provisoire après avoir payé chacun une caution de deux cent milles francs (200.000 F Cfa). Le juge a toutefois précisé que la levée du mandat de dépôt ne signifie pas que le dossier a été vidé, surtout que pour des investigations ou enquêtes, les prévenus peuvent être repris. Les autres présumés coupables détenus séparément dans d’autres maisons carcérales, attendent toujours de recouvrer leur liberté.

Rétrospective des faits

Le lundi 7 novembre 2005 au quartier Zongo 2 à Parakou, il a été découvert le corps presque calciné du premier président de la Cour d’Appel de Parakou, Séverin Coovi, recroquevillé dans la malle arrière de son véhicule Terrano 4x4 de commandement. Le corps présentait un sexe mutilé et une blessure à la nuque. Après le dépôt de la dépouille à la morgue, une enquête a été aussitôt ouverte. Le même jour, avant la découverte macabre, les Officiers de police judiciaire ont mis la main sur le cuisinier de la victime Clément Adétonan. Dans la soirée, son gardien passe à la trappe. La liste des suspects s’élargit avec l’interpellation de l’autorité municipale d’alors de Parakou, Rachidi Gbadamassi. Peu avant les faits, ce dernier avait eu maille à partir avec le juge Coovi, à qui il aurait proféré des menaces. Idrissou Aboudou Osséni dit le « Sénégalais » est aussi arrêté. Le Conseiller municipal Nassirou Abdoulaye, Conseiller spécial du maire est écroué ainsi que les trois chauffeurs du Maire Gbadamassi. Le juge a également placé sous mandat de dépôt Raïmi Moussé, que le cuisinier a cité comme exécutant du meurtre du magistrat en son domicile dans la nuit du dimanche 6 novembre 2005. Autant de personnes interpellées dans ce dossier de l’assassinat du premier président de la Cour d’Appel de Parakou. Le maire Rachidi Gbadamassi qui était pensionnaire de la prison civile de Natitingou dans le département de l’Atacora, a été libéré vendredi 21 avril 2005.

Jean-Claude Kouagou

(Br Borgou-Alibori)