Skip to content
Vous etes sur la page:
Réélection du Chef de l’Etat : Les dessous de la lettre de félicitation d’Adovèlandé à Yayi
Écrit par La Presse du Jour du 14/04/2011   

Le Chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi, réélu Président de la République après le premier tour de l’élection présidentielle du 13 mars 2011 et investi dans ses fonctions le 6 avril 2011, comme le stipule la Constitution du 11 décembre 1990, continue de recevoir des lettres de félicitation. La dernière en date et qui a retenu l’attention du peuple béninois est celle qui lui a été adressée par M. Pierre Simon Adovèlandé, ancien Coordonnateur national de Mca-Bénin jeté en prison pendant des mois dans une affaire de présumé détournement de fonds publics. Que cache cette lettre de félicitation ? C’est la question que de nombreux Béninois se posent aujourd’hui...

M. Pierre Simon Adovèlandé se dit prêt à accompagner le Chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi, dans la réussite de son second mandat. Selon les termes de la lettre de félicitation qu’il lui a adressée le 2 avril dernier, soit quatre jours avant la cérémonie de prestation de serment, M. Simon Pierre Adovèlandé a mentionné qu’il prie que l’Eternel Jéhovah inspire le Chef de l’Etat dans les choix stratégiques à faire face aux nouveaux défis qui se présenteront au cours de cette nouvelle saison, afin qu’au terme de ce nouveau mandat, nous puissions rendre grâce à Dieu pour ses bienfaits dans nos vies et pour notre pays. Pour M. Simon Pierre Adovèlandé, le développement économique et social de notre pays que le Président Boni Yayi a amorcé avec succès au cours de son premier mandat sera poursuivi et renforcé par leurs efforts communs. Pour le commun des Béninois, il apparait très surprenant que M. Simon Pierre Adovèlandé envoie une lettre du genre au Chef de l’Etat après l’humiliation qu’il a subie dans l’affaire Schelter Afrique pour laquelle il a passé plusieurs mois derrière les barreaux de la prison civile de Cotonou. Certains n’ont d’ailleurs pas hésité à mettre en doute l’authenticité de cette lettre. Mais la vérité est là. L’auteur de cette lettre de félicitation qui bouleverse les esprits est bel et bien Simon Pierre Adovèlandé. Et selon certains de ses proches, cette lettre a une histoire. Par cette lettre, ont-ils expliqué, M. Simon Pierre Adovèlandé a voulu démontrer au monde entier qu’il est un vrai chrétien, celui qui pardonne à l’autre ses péchés. «Certes, c’est avec le régime de Boni Yayi que notre frère a connu les réalités de la prison. C’était un 25 décembre, jour de la nativité. Malgré les interventions, il y a séjourné pendant des mois. Les démarches qui ont été menées pour qu’il puisse jouir d’une liberté provisoire ont été chaque fois bloquées par l’ex-Procureur général de la République qui est aujourd’hui en prison et qui ne sait pas quand est-ce qu’il sera libéré. Aujourd’hui, notre frère a recouvré sa liberté malgré les relances que Me Sadikou Alao a eu à faire autour du dossier Schelter Afrique pour lequel notre frère a été jeté en prison. Tout est grâce dans la vie. Et celui qui ne pardonne pas à son prochain ne croisera jamais la grâce de Dieu. La lettre de félicitation de Simon à Boni Yayi doit être vue sous ce prisme-là», a indiqué l’un de ses frères qui a voulu garder l’anonymat. Seulement, dans l’opinion publique, ces arguments ne semblent pas convaincre. Pour beaucoup de Béninois, le fait que Simon Pierre Adovèlandé pardonne à tous ceux qui l’ont offensé ne l’absout pas de répondre devant la justice quant à ce qui lui est reproché dans l’affaire Schelter Afrique dont les intérêts sont défendus par Me Sadikou Alao. Du chemin reste donc à faire pour celui qui s’est empressé de féliciter Boni Yayi alors que l’affaire Schelter est pendante devant la justice.

Affissou Anonrin